Liens d'accessibilité

Prise de fonction lundi de la nouvelle présidente de la commission de l'UA


Nkosazana Dlamini-Zuma a pris ses fonctions jeudi à la tête de la commmission de l'UA

Nkosazana Dlamini-Zuma a pris ses fonctions jeudi à la tête de la commmission de l'UA

Prise de fonctions lundi de la nouvelle présidente de la commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, appelée à relever de nombreux défis.

Ancienne ministre des Affaires Intérieures de l'Afrique du Sud, Mme Dlamini-Zuma est la toute première femme à occuper le poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Elle a été élue à ce poste en juillet, au terme d’une véritable bataille avec le président sortant, Jean Ping, symbole de la division qui persiste entre les pays africains francophones et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

Il se pourrait, affirment des analystes, que ce soit en fait la bataille la moins acharnée qu’elle doive affronter. Parmi les questions les plus pressantes qui l’attendent : celle du soutien à apporter à l’intervention militaire prévue pour reprendre le contrôle du nord du Mali aux milices islamistes qui s’en sont emparées, et la rébellion croissante dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Au plan interne, Mme Dlamini-Zuma doit apaiser les tensions suscitées par sa candidature, notamment la crainte que l’Afrique du Sud, moteur de la croissance économique du continent, tente de dominer l’UA et ses 54 pays.

L’ambassadeur sud-africain à l’UA, le général Chris Pepani, ancien collaborateur de Mme Dlamini-Zuma, évoque sa fermeté. « Elle pense de façon très stratégique, c’est une personne que je pourrais décrire comme une personne sérieuse » déclare le général Pepani. « C’est une personne très bonne, mais très ferme », ajoute-t-il.

Mme. Dlamini-Zuma n’a pourtant pas que des amis. Ministre de la santé sous l’administration de Nelson Mandela, la médecin avait pris position, une position très controversée d’ailleurs, contre les médicaments antirétroviraux, ce qui aurait, selon ses critiques, retardé la lutte contre le VIH/Sida en Afrique du Sud, pays le plus lourdement frappé par la pandémie. Néanmoins, elle s’était attiré des éloges pour avoir mis fin à la ségrégation au sein du secteur de la santé après la fin de l’Apartheid.

Elle aurait également assaini la gestion du ministère des Affaires Intérieures, l’un des plus mal gérés d’Afrique du Sud.

Ce qui n’empêche pas l’expert Mehari Taddele Maru d’avertir que gérer l’Union africaine est quelque chose de très différent. « C’est un milieu différent, un mandat différent, des acteurs différents, des dynamiques politiques différentes. Donc, impossible de transposer ce qui a marché en Afrique du Sud et penser que ce sera la même chose, que la même approche conviendra à l'Union africaine » déclare en substance M. Mehari.

Mme. Dlamini-Zuma a promis de renforcer l’efficacité de l’UA. Le fait qu’elle est une femme pourrait compliquer sa tâche, estime Bience Gawanas, commissaire sortante aux affaires sociales de l’UA. En tant que femmes, nous sommes toujours sujettes à la discrimination, affirme Mme Gawanas.
XS
SM
MD
LG