Liens d'accessibilité

Prince avait secrètement aidé des orphelins en Afghanistan


Prince Larry Graham

Prince Larry Graham

Prince était une star planétaire, mais il a aussi été un philanthrope discret à l'autre bout du monde, a révélé une ONG en Afghanistan, qui a formé des chefs scouts encadrant aujourd'hui de nombreux orphelins, grâce aux dons du chanteur.

L'icône de la pop décédée soudainement en avril avait versé sous le sceau du secret des dizaines de milliers de dollars à l'ONG Parsa, basée à Kaboul. Ces fonds ont permis de former une centaine de chefs scouts s'occupant de 2.000 jeunes Afghans, dont nombre d'orphelins.

L'histoire a débuté avec la rencontre entre Prince et Betty Tisdale, une Américaine connue pour son engagement auprès des orphelins, notamment au Vietnam où elle avait fait évacuer plus de 200 enfants peu avant la chute de Saïgon en 1975.

Cette bienfaitrice avait séjourné à Kaboul en 2010 alors qu'elle avait 87 ans, chez Parsa, également impliquée auprès des femmes et des enfants les plus vulnérables.

"Elle m'a demandé quel projet aurait besoin d'un coup de pouce, et je lui ai parlé de ce vieux bâtiment qu'on voulait transformer en centre pour former des chefs scouts", se souvient Marnie Gustavson, directrice de Parsa, qui a passé au total 16 années en Afghanistan.

"A son retour, elle a envoyé un chèque de 15.000 dollars, complètement inattendu. Elle m'a dit 'cela vient de Prince, il aime beaucoup ce que je fais et je lui ai parlé de votre projet, mais surtout ne dis rien à personne' ", raconte la quinquagénaire, fan de l'interprète de "Purple Rain".

L'ONG de Mme Tisdale, Halo, a confirmé les donations.

"C'était le choix de Prince de faire de la philanthropie discrète", dit Marnie, qui souhaite désormais lui rendre hommage en rendant publique sa bonne action. Elle n'est plus tenue au secret, le chanteur et la bienfaitrice étant tous deux décédés.

Prince, mort en avril à 57 ans de causes encore inconnues, n'a pas laissé de testament.

Grâce à la donation initiale, suivie de dons d'environ 6.000 dollars par an, Parsa a pu former à Kaboul une centaine de chefs.

Le scoutisme, lancé en Afghanistan sous le roi Nadir Shah en 1931, a périclité à partir de l'invasion soviétique en 1979. Après la chute du régime taliban en 2001, Parsa a participé à la relance du mouvement, et créé des troupes dans les orphelinats.

En dépit des attentats et combats secouant le pays, des scouts de 7 à 25 ans se retrouvent régulièrement pour des jeux, des activités sportives et de service.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG