Liens d'accessibilité

Pression accrue sur Sony et ses activités mobile et TV


Les derniers modèles de télévision de Sony, présentés à l'International Consumer Electronics Show de Las Vegas (Reuters)

Les derniers modèles de télévision de Sony, présentés à l'International Consumer Electronics Show de Las Vegas (Reuters)

La direction de Sony a elle-même reconnu qu'"aucune activité n'était sacrée", a dit à Reuters une source.

LAS VEGAS (Reuters) - Le patron de Sony Corp est désormais disposé à céder les activités déficitaires dans les téléviseurs et les téléphones mobiles ou à nouer des alliances dans le cadre de son plan de relance du géant japonais de l'électronique, a-t-on appris de sources proches de la direction.

Sony a réduit ses prévisions de résultats à six reprises depuis l'arrivée en 2012 de Kazuo Hirai à sa tête. Il s'attend à une perte nette de 230 milliards de yens (1,6 milliard d'euros) pour son exercice fiscal s'achevant fin mars et ne versera pas de dividende pour la première fois, en raison d'importantes pertes dans sa division smartphones.

La direction de Sony a elle-même reconnu qu'"aucune activité n'était sacrée", a dit à Reuters une source. Bien qu'aucun accord ne soit sur la table pour le moment, "chaque division doit comprendre à présent que Sony peut sortir de certaines activités", a ajouté la source.

L'année dernière, Sony a cédé sa division d'ordinateurs personnels, réduit ses activités dans la télévision et supprimé 5.000 emplois après avoir déjà supprimé 10.000 postes au moment de l'arrivée de Kazuo Hirai.

Malgré cela, de nombreux analystes s'accordent à dire que d'autres mesures draconiennes doivent être prises, comme une sortie totale des téléviseurs.

Mais Kazuo Hirai a profité du CES, le Salon de l'électronique grand public de Las Vegas la semaine dernière, pour présenter de nouveaux appareils, dont un téléviseur ultra fin et un lecteur numérique Walkman de 1.100 dollars (929 euros).

Jusqu'ici Sony a rejeté toute thérapie de choc. En 2013, l'investisseur activiste Daniel Loeb avait demandé une scission du groupe entre ses activités rentables dans le divertissement et sa branche déficitaire dans l'électronique grand public.

MESURES DRASTIQUES

A l'approche du nouvel exercice fiscal, Kazuo Hirai, âgé de 54 ans, se retrouve au pied du mur. Le dirigeant de Sony doit trancher sur le sort des activités à faible rentabilité qui ont par ailleurs déjà subi une lourde restructuration.

Kazuo Hirai a dit à un petit groupe de journalistes au Salon de Las Vegas que ces réformes "avaient réussi dans certains domaines mais pas dans d'autres".

"L'électronique en général, ainsi que le divertissement et la finance continueront à être des activités importantes", a-t-il dit.

"Mais à l'intérieur de ces activités, il y a des actions qui doivent être exécutées avec prudence, cela peut concerner la télévision et le mobile par exemple".

Malgré les réductions de coûts et un positionnement sur les téléphones mobiles haut de gamme, une stratégie mise en oeuvre par Hiroki Totoki, le nouveau patron de la division mobile de Sony, l'analyste de Citigroup Kota Ezawa considère que cela n'est pas suffisant.

"Le mobile et le téléviseur ont tous les deux besoin d'une restructuration drastique", a-t-il souligné.

"Sans réformes drastiques comme une coentreprise ou des alliances, ils seront tous les deux dans le rouge dans les trois années à venir".

"Tout le monde peut faire des téléviseurs de nos jours", a déclaré au CES de Las Vegas Kazuhiro Tsuga, directeur général de Panasonic, dont le groupe est sorti du marché des téléviseurs et lecteurs DVD.

Sony s'attend à une charge de dépréciation de 180 milliards de yens pour son activité de téléphonie mobile après avoir tenté en vain de concurrencer Apple et Samsung Electronics dans les smartphones haut de gamme.

XS
SM
MD
LG