Liens d'accessibilité

Présidentielle aux Seychelles : Michel a prêté serment, malgré les protestations de l'opposition


Le président des Seychelles James Michel, à droite, discute avec l'avocat Alexia Antao dans un centre de vote pendant les élections présidentielles à Victoria, Seychelles, le 3 décembre 2015. Michel a remporté un troisième mandat le samedi 19 décembre 2015.

Le président des Seychelles James Michel, à droite, discute avec l'avocat Alexia Antao dans un centre de vote pendant les élections présidentielles à Victoria, Seychelles, le 3 décembre 2015. Michel a remporté un troisième mandat le samedi 19 décembre 2015.

Le président des Seychelles James Michel, réélu samedi pour la troisième fois, a prêté serment dimanche, alors même que l'opposition conteste le résultat du second tour du scrutin présidentiel et a demandé un nouveau décompte des voix.

M. Michel, 71 ans, au pouvoir depuis 2004, a prêté serment dans l'après-midi à la présidence, avec son vice-président Danny Faure, devant quelques représentants politiques de cet archipel de l'océan Indien.

Candidat de Lepep ("Le peuple", en créole), le parti au pouvoir depuis le retour du multipartisme en 1993, M. Michel a remporté le second tour de la présidentielle en recueillant 31.512 voix (50,15%).

Son adversaire Wavel Ramkalawan, chef du Parti national des Seychelles (SNP), a réuni 31.319 voix (49,85%), soit un écart de 193 voix.

Candidat pour la cinquième fois, M. Ramkalawan, 54 ans, un pasteur anglican qui avait rallié derrière lui toute l'opposition pour le second tour, a immédiatement déclaré qu'il "n'accept(ait) pas le résultat des élections" après avoir constaté "plusieurs irrégularités".

Il a annoncé avoir "écrit au président de la Commission électorale pour qu'il y ait un recomptage de tous les bulletins de vote", tout en appelant ses supporteurs à rester calmes.

Cette commission doit se réunir lundi pour étudier la validité du recours de l'opposition.

"S'il y a des gens qui ont des doutes dans les résultats des élections, ils peuvent apporter l'affaire devant les tribunaux, et les tribunaux décideront", a déclaré dimanche M. Michel, réélu pour un troisième mandat de cinq ans, le dernier que lui autorise la Constitution.

Face aux craintes de manifestations, les principales rues de Victoria - la capitale, située sur l'île principale Mahé - menant à la présidence des Seychelles avaient été fermées au public avant la cérémonie d'investiture.

M. Michel était devenu chef de l'Etat en 2004 en succédant selon la Constitution à France-Albert René, dont il était le vice-président - ce dernier ayant démissionné avant l'expiration de son mandat. Il avait été élu en 2006 puis réélu en 2011, au premier tour à chaque fois.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG