Liens d'accessibilité

Zambie : appel au calme pendant que le dépouillement se fait au compte-gouttes


Les électeurs zambiens font la queue devant un bureau de vote à Lusaka, Zambie, 11 août 2016.

Les électeurs zambiens font la queue devant un bureau de vote à Lusaka, Zambie, 11 août 2016.

Samedi après-midi, des résultats très partiels - 22 circonscriptions sur 156 - donnaient le sortant Edgar Lungu en tête avec 207.547 voix, contre 153.630 voix pour M. Hichilema. Selon ces premières tendances fournies par la Commission électorale, les sept autres candidats étaient largement devancés. Les résultats complets ne sont pas attendus avant dimanche.

L’appel au clame vient du groupe d'observation des églises chrétiennes (Christian Churches Monitoring Group, CCMG). Ce groupe qui avait déployé 1.670 observateurs dans les bureaux de vote à travers le pays, demande aux Zambiens de rester calmes et de rejeter la violence.

La veielle, le principal candidat de l'opposition, a accusé le président sortant de fraudes alors que des résultats émergeaient au compte-gouttes.

La présidentielle, marquée par une participation de 57%, s'est déroulée jeudi sans incident majeur dans ce pays connu pour jouir d'une relative stabilité.

La campagne a toutefois été tendue et émaillée d'affrontements parfois violents - qui ont fait au moins trois morts - entre les militants du Front Patriotique (PF) du président sortant Edgar Lungu et ceux du Parti uni pour le développement national (UPND) du principal opposant Hakainde Hichilema.

Vendredi soir, M. Hichilema a accusé le PF au pouvoir de collusion avec la commission électorale dans le but de retarder l'annonce des résultats et de permettre aux "bandits armés du Front patriotique" de "pren(dre) le contrôle des bureaux de vote dans la nuit et (de) change(r) les résultats". La Commission électorale a rejeté ces accusations, les qualifiant de "regrettables".

Le groupe d'observation des églises chrétiennes (Christian Churches Monitoring Group, CCMG), qui avait déployé 1.670 observateurs dans les bureaux de vote à travers le pays, a lancé un appel au calme.

"Nous appelons tous les Zambiens, quelle que soit leur appartenance politique, à rester calmes et à rejeter la violence", exhorte l'organisation dans un communiqué samedi.

"La Zambie n'est pas une jeune démocratie et devrait être un modèle pour la région et même au-delà", martèle l'organisation, qui juge par ailleurs que le scrutin représente "un pas en arrière pour le pays".

La CCMG dénonce le fait que des candidats d'opposition aient été empêchés de faire campagne et pointe du doigt une couverture médiatique largement dominée par les pro-Lungu.

La Zambie a également voté jeudi pour élire ses députés et ses conseillers municipaux, ainsi que pour un référendum sur une modification mineure de la Constitution.

M. Hichilema, un homme d'affaires à succès, en est à 54 ans à sa cinquième tentative de conquête de la présidence après avoir perdu de justesse (l'écart n'était que de 28.000 voix, soit 1,5%) contre M. Lungu l'an dernier.

Il s'agissait alors d'une élection anticipée pour désigner un dirigeant le temps d'achever le mandat du président Michel Sata, décédé de maladie en octobre 2014.

Le court mandat de M. Lungu, 59 ans, a souffert de la chute des cours du cuivre dont la Zambie, deuxième producteur d'Afrique, est ultradépendante.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG