Liens d'accessibilité

Présidentielle au Bénin : la jeunesse a du mal à croire aux promesses des candidats


Map showing Niger, Nigeria, Chad, Cameroon, and Benin

Map showing Niger, Nigeria, Chad, Cameroon, and Benin

A deux semaines de l'élection présidentielle au Bénin, une ONG veut inciter les jeunes à voter de façon "responsable", une tâche ardue face à des électeurs qui ont perdu foi dans la classe politique.

A deux semaines de l'élection présidentielle au Bénin, une ONG veut inciter les jeunes à voter de façon "responsable", une tâche ardue face à des électeurs qui ont perdu foi dans la classe politique.

Sur plus de quatre millions d'électeurs, 60% ont moins de 35 ans et leur vote pourrait changer la donne le 6 mars, où 33 candidats s'affronteront pour succéder au président Thomas Boni Yayi qui ne se représente pas après deux mandats.

Des responsables syndicaux et associatifs ainsi que des représentants de partis politiques parcourent le pays, à l'initiative de la Fondation allemande Friedrich Ebert pour la bonne gouvernance, afin de sensibiliser la jeunesse sur les enjeux du vote.

"Si un candidat (...) dit qu'il va créer des emplois, il faut lui demander dans quel secteur, avec quel financement. En tant que jeune, on doit être exigeant", martèle Léonce Gamaï, coordinateur de la campagne "Les questions des jeunes aux présidentiables".

Il s'adresse à des étudiants et des jeunes travailleurs réunis dans un centre culturel de Dangbo, en périphérie de Porto-Novo.

La salle est presque pleine, un défi alors qu'en période électorale, il faut généralement promettre un "dédommagement" en espèces pour mobiliser l'électorat, explique M. Gamaï à l'AFP.

"Plus personne ne se déplace sans contrepartie (financière) et nous, on ne donne rien", poursuit ce journaliste trentenaire.

"Notre objectif, c'est que les vrais enjeux soient au coeur du débat", ajoute-t-il, en distribuant un livre intitulé "2016: quel meilleur profil pour le Bénin?", avec une centaine de questions à poser aux candidats.

L'heure n'est toutefois pas à la leçon de morale: "Prenez les 2000, les 5000 francs CFA (3 à 7,60 euros) que le candidat vous donne, conseille M. Gamaï. Mais faites un vote responsable, selon les réponses qu'on vous a données".

"Vous allez être des relais", lance Franck Wollo, un des animateurs du débat, âgé de 29 ans. "On sait que la population est majoritairement analphabète et croit tout ce que disent les candidats. Vous allez les interpeller".

Chômage et corruption

Bénédicte et Albert, étudiants, Ignace, technicien, et Henri, chômeur, ont deux préoccupations majeures: l'emploi et la lutte contre la corruption.

Les 15-34 ans représentent 60% de la population active. Le taux de chômage de cette tranche d'âge est de moins de 4% selon les données officielles, un chiffre déconnecté de la réalité dans ce pays où le secteur informel représente 85% de l'économie.

Ignace Boton, 27 ans, est technicien en panneaux solaires. Parmi ses amis, nombreux sont ceux "qui veulent travailler la terre" et vendre leur production au Nigeria voisin. "Mais ils n'ont pas d'argent pour s'installer, dit-il. Donc ils font +zem+".

Les "zemidjans" sont ces motos-taxis omniprésentes dans les villes du Bénin. Beaucoup de diplômés font ce petit boulot pour survivre.

"Mes parents ont fait beaucoup d'efforts pour m'envoyer à l'université. Mais si tu n'as pas de connaissances bien placées, tu n'as pas de travail. Le prochain président doit créer des emplois", s'inquiète Bénédicte Sodjinou, une étudiante en langues de 23 ans.

"Quand tu passes les concours de recrutement, si tu n'es pas du côté du pouvoir, tu n'as aucune chance", renchérit Albert Dossa, étudiant lui aussi, 22 ans, selon qui "les lois ne sont pas respectées, la corruption n'est jamais punie".

En 2006, le président Boni Yayi avait promis de mettre de l'ordre dans plusieurs filières clé, comme l'exploitation du port de Cotonou et le secteur du coton.

Mais ses deux mandats ont été marqués par plusieurs scandales, dont le projet de la construction d'une nouvelle Assemblée nationale, à Porto Novo, qui a englouti des millions d'euros sans jamais être mené à son terme.

L'an dernier, les Pays-Bas avaient suspendu leur aide au Bénin après la disparition de quatre millions d'euros destinés à l'accès à l'eau potable.

A Dangbo, au terme du débat, peu semblent avoir repris confiance en leurs dirigeants.

"Les politiques nous montrent le raccourci: pour s'enrichir, le meilleur métier, c'est la politique", ironise Henri Totin, trentenaire au chômage et militant associatif.

Les candidats font "des promesses" mais finalement "ne pensent qu'à leurs intérêts", estime Bénédicte, alors qu'Ignace est plus optimiste: "Je ne crois pas dans nos politiciens mais dans la politique, elle peut changer les choses".

AFP

XS
SM
MD
LG