Liens d'accessibilité

Etats-Unis : l’élimination de Ben Laden fait grimper la cote de popularité d’Obama


Le président Obama et des policiers de Manhattan (New York) le 5 mai 2011

Le président Obama et des policiers de Manhattan (New York) le 5 mai 2011

La cote de M. Obama a enregistré un bond de 9 points, 56% des Américains approuvant son action, à en croire un sondage réalisé par le Washington Post et le centre de recherche Pew. Un autre sondage de l’Université Quinnipiac dans le Connecticut a établi que 52% de l’opinion publique est satisfaite du président, soit six points de plus qu’avant la mort de Ben Laden.

La popularité du président Barack Obama a rebondi dans les sondages d’opinion suite à la mort du terroriste Oussama Ben Laden. Maintenant, les experts s’interrogent sur la durée de cette nouvelle lune de miel entre l’électorat et le chef de l’exécutif, candidat à sa réélection en 2012.

A l’annonce de la mort de Ben Laden, des Américains s’étaient rassemblés devant la Maison Blanche, près du site des anciennes tours jumelles à New York, et ailleurs à travers le pays. Quelques jours plus tard, tous les analystes s’accordent pour dire que la popularité de M. Obama a nettement augmenté.

Le président Obama annonçant l'élimination de Ben Laden

Le président Obama annonçant l'élimination de Ben Laden


« En quelque sorte, cela a tout fait repartir à zéro pour le président Obama. Un peu comme après les élections de mi-mandat en novembre, lorsqu’il a dirigé la session du Congrès et fait approuver un grand nombre de lois. Les gens avaient une impression différente et plus positive de lui », explique l’analyste Rhodes Cook.

La cote de M. Obama a enregistré un bond de 9 points, 56% des Américains approuvant son action, à en croire un sondage réalisé par le Washington Post et le centre de recherche Pew. Un autre sondage de l’Université Quinnipiac dans le Connecticut a établi que 52% de l’opinion publique est satisfaite du président, soit six points de plus qu’avant la mort de Ben Laden. Même les conservateurs, dont l’ancien vice-président Dick Cheney, ont salué son action.

Une foule célébrant la mort de Ben Laden devant la Maison-Blanche

Une foule célébrant la mort de Ben Laden devant la Maison-Blanche


Est-ce suffisant pour se faire réélire dans 18 mois ? Rien n’est moins sûr, estime l’expert Stephen Wayne. de l’Université Georgetown à Washington. « Actuellement, le terrorisme n’est pas une question majeure aux Etats-Unis. Le principal souci, c’est l’économie et le budget fédéral. Je crois qu’avoir réglé son sort à Ben Laden va aider Obama, mais pas de façon extraordinaire », explique M. Wayne.


Pour Peter Brown, qui organise des sondages, reste à voir si cette nouvelle bienveillance qu’éprouvent les Américains vis-à-vis d’Obama affectera également la façon dont ils perçoivent sa gestion de l’économie.

Le pésident Obama dans le Sud des Etats-Unis dévasté par de violentes tornades

Le pésident Obama dans le Sud des Etats-Unis dévasté par de violentes tornades


Matt Dallek, professeur de sciences politiques au Centre Washington de l’Université de Californie, évoque lui le sort du premier président George Bush. Un an et demi avant l’élection présidentielle de 1992, il semblait invincible. Les coalisés avaient bouté Saddam Hussein du Koweït et 90% des Américains approuvaient l’action de Bush père. Mais en novembre 1991, la crise économique persistant, il avait été largement battu par un nouveau venu, le démocrate Bill Clinton.

La popularité du président Barack Obama a rebondi dans les sondages d’opinion suite à la mort du terroriste Oussama Ben Laden. Maintenant, les experts s’interrogent sur la durée de cette nouvelle lune de miel entre l’électorat et le chef de l’exécutif, candidat à sa réélection en 2012.

A l’annonce de la mort de Ben Laden, des Américains s’étaient rassemblés devant la Maison Blanche, près du site des anciennes tours jumelles à New York, et ailleurs à travers le pays. Quelques jours plus tard, tous les analystes s’accordent pour dire que la popularité de M. Obama a nettement augmenté.

« En quelque sorte, cela a tout fait repartir à zéro pour le président Obama. Un peu comme après les élections de mi-mandat en novembre, lorsqu’il a dirigé la session du Congrès et fait approuver un grand nombre de lois. Les gens avaient une impression différente et plus positive de lui », explique l’analyste Rhodes Cook.

La côte de M. Obama a enregistré un bond de 9 points, 56% des Américains approuvant son action, à en croire un sondage réalisé par le Washington Post et le centre de recherche Pew. Un autre sondage de l’Université Quinnipiac dans le Connecticut a établi que 52% de l’opinion publique est satisfaite du président, soit six points de plus qu’avant la mort de Ben Laden. Même les conservateurs, dont l’ancien vice-président Dick Cheney, ont salué son action.

Est-ce suffisant pour se faire réélire dans 18 mois ? Rien n’est moins sûr, estime l’expert Stephen Wayne de l’Université Georgetown de Washington. « Actuellement, le terrorisme n’est pas une question majeure aux Etats-Unis. Le principal souci, c’est l’économie et le budget fédéral. Je crois qu’avoir réglé son sort à Ben Laden va aider Obama, mais pas de façon extraordinaire », explique M. Wayne.

Pour Peter Brown, qui organise des sondages, reste à voir si cette nouvelle bienveillance qu’éprouvent les Américains vis à vis d’Obama affectera également la façon dont ils perçoivent sa gestion de l’économie.

Matt Dallek, professeur de sciences politiques au Centre Washington de l’Université de Californie, évoque lui le sort du premier président George Bush. Un an et demi avant l’élection présidentielle de 1992, il semblait invincible. Les coalisés avaient bouté Saddam Hussein du Koweït et 90% des Américains approuvaient l’action de Bush père. Mais en novembre 1991, la crise économique persistant, il avait été largement battu par un nouveau venu, le démocrate Bill Clinton.
XS
SM
MD
LG