Liens d'accessibilité

Nigeria : l’alternance Nord-Sud à la présidence en question


Le président Goodluck Jonathan

Le président Goodluck Jonathan

Il existe au Nigeria une règle informelle, selon laquelle on alterne, tous les deux mandats, entre un président du Nord majoritairement musulman et un président du Sud, majoritairement chrétien.

L’éventualité d’une candidature de Goodluck Jonathan à la présidentielle de 2011 suscite un vif débat sein du Parti démocratique populaire (PDP), le parti au pouvoir. Le président intérimaire n’a pourtant pas encore annoncé s’il compte se présenter à la prochaine élection présidentielle ou non.

Mais déjà, les représentants politiques du Nord affirment que sa candidature serait une violation du principe de partage de la rotation du pouvoir. Il existe au Nigeria une règle informelle, selon laquelle on alterne, tous les deux mandats, entre un président du Nord majoritairement musulman et un président du Sud, majoritairement chrétien.

Le défunt président Yar'Adua

Le défunt président Yar'Adua

Goodluck Jonathan, homme du Sud, est devenu président en mai, après la longue maladie et la mort du président nordiste Umaru Yar’Adua. Les nordistes estiment qu’il reste quatre années de pouvoir à leur zone, un avis qui n’est pas forcement partagé par les citoyens du Sud.

Pour Chris Ekiyor, membre du Conseil de la jeunesse Ijaw dans le Delta, le Nigeria est entrain de dépasser la distinction entre le Nord et le Sud. Il estime que se sont les élections primaires au sein du PDP qui désigneront le candidat du parti.

Des militants du delta du Niger

Des militants du delta du Niger

« Sans tenir compte les appartenances ethniques ou régionales, nous mobiliserons les Nigérians pour soutenir celui qui fera ce qu’ils souhaitent. Et selon moi, Jonathan est entrain de prendre une direction conforme aux demandes des Nigérians », a déclaré M. Ekiyor.

Les hommes politique du Nord menacent de saisir la justice contre Goodluck Jonathan, s’il se présente à la présidentielle, une démarche qui pourrait déstabiliser le pays et particulièrement le Delta, estime Awani Akande, responsable du Parti démocratique populaire dans le l’Etat du Delta.

« Oublions les poursuites judiciaires et laissons à chacun la possibilité de tester son potentiel. Si le peuple vote pour vous, vous gagnez. S’il ne vote pas pour vous, alors vous avez perdu et vous partez. C’est ca l’esprit sportif », a-t-il dit.

Cependant, la candidature de Goodluck Jonathan ne fait pas l’unanimité dans le delta du Niger. Puisque le parti a accepté le principe d’alternance entre le Nord et le Sud, M. Jonathan doit attendre que le Nord ait terminé son mandat, fait valoir Ovie Joseph, secrétaire du président du PDP dans le gouvernement local d’Ughelli-Nord.

« Il existe au sein du parti une entente sur le système par zones, nous estimons que cette entente est toujours en vigueur pour le système présidentiel. Sous le système de zones, selon ma compréhension personnelle de cette entente, la présidence reste au Nord », a-t-il souligné.

Le PDP a remporte les trois dernières élections présidentielles, obtenu la majorité dans les deux chambres du Parlement et gouverne plus des ¾ des Etats du Nigeria. Certains membres du parti craignent que ce débat sur les zones ne menace l’unité du PDP et son assise politique.

XS
SM
MD
LG