Liens d'accessibilité

Le président Barack Obama explique sa politique africaine sur la chaine sud-africaine SABC


Le président Obama

Le président Obama

Le chef de l’exécutif américain est, tout d’abord, revenu sur le double attentat d’al-Shabab qui a fait 76 morts à Kampala. Il s’est insurgé contre le fait pour al-Shabab d’avoir visé des fans de football qui regardaient la Coupe du monde 2010 à la télévision. « D’un côté, vous avez la vision d’une Afrique en progrès, d’une Afrique unifiée, d’une Afrique qui se modernise et crée des possibilités, et de l’autre, vous avez une vision d’al-Qaida et d’al-Shabab qui n’offre que destruction et mort », a déclaré le président Obama.

Le président Barack Obama a accordé, mardi, une interview exclusive à la SABC, la chaine de télévision sud-africaine, dans laquelle il a expliqué, dans ses grandes lignes, la politique africaine de son administration.

Le chef de l’exécutif américain est, tout d’abord, revenu sur le double attentat d’al-Shabab qui a fait 76 morts à Kampala. Il s’est insurgé contre le fait pour al-Shabab d’avoir visé des fans de football qui regardaient la Coupe du monde 2010 à la télévision.

« D’un côté, vous avez la vision d’une Afrique en progrès, d’une Afrique unifiée, d’une Afrique qui se modernise et crée des possibilités, et de l’autre, vous avez une vision d’al-Qaida et d’al-Shabab qui n’offre que destruction et mort », a déclaré le président Obama. Washington travaillera de concert avec l’Union africaine pour que des groupes comme al-Shabab ne tuent pas les Africains en toute impunité, a promis le chef de l’exécutif américain.

<!--IMAGE--

Pour ce qui est de la Somalie, seul un effort international à travers la Mission de l’Union africaine en Somalie et le gouvernement intérimaire somalien permettra de stabiliser le pays et de créer des possibilités pour son peuple, a-t-il dit.

Interrogé sur l’islam radical en Afrique et la stratégie pour le combattre, le président Obama a répondu : « L’islam est une grande religion. Il a prospéré aux côtés d’autres religions en Afrique. Et l’une des forces de l’Afrique est sa diversité non seulement religieuse, mais aussi raciale et ethnique. Mais ce que nous avons vu, en terme d’islam radical, est une approche disant que tout effort en vue de moderniser, d’établir les droits fondamentaux, de démocratiser, va, d’une certaine manière à l’encontre de l’islam. Et je pense que cela est absolument faux », a déclaré Barack Obama, ajoutant qu’à son avis, la majorité des musulmans et des Africains rejettent une telle vision.

En confrontant cette situation, les Etats-Unis déploient aussi des efforts dans le domaine du développement, conscients que des jeunes gens sans perspective d’avenir sont vulnérables à l’idéologie de groupes comme al-Shabab, a expliqué le chef de l’exécutif américain.

<!--IMAGE--

Le président Barack Obama s’est aussi prononcé sur la nouvelle inculpation du président soudanais Omar el-Béchir pour génocide et la position de l’Union africaine selon laquelle ces poursuites nuisent au processus de paix au Soudan. « Nous pensons qu’il est important que le gouvernement soudanais coopère avec la CPI. Nous pensons aussi qu’il est important que le gens soient tenus responsables des actes qui ont lieu au Darfour et qui ont fait, au minimum, des centaines de milliers de morts. Ainsi donc, il doit y avoir responsabilité et transparence. Evidemment, nous tentons aussi activement de faire en sorte que le Soudan soit stabilisé », a dit le président Obama.

Concernant le Sida, le président Obama s’est voulu rassurant, suite aux informations selon lesquelles le financement de la lutte serait en baisse. « Je dois dire que nous ne voyons pas une baisse, mais une augmentation du plan d’urgence PEPFAR, et du Plan de l’administration, je vous promets que quand je me bats pour ce budget ici aux Etats-Unis, les gens n’y voient pas une réduction. Ils voient une augmentation. Ils comprennent qu’on y consacre davantage d’argent, et c’est une bonne chose »

<!--IMAGE--

Le chef de l’exécutif américain s’est félicité du succès de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, disant qu’il n’en est pas du tout surpris. « Ayant visité l’Afrique du Sud et constaté l’extraordinaire vitalité du peuple là-bas, ayant pu faire connaissance avec le président Zuma et comprenant l’extraordinaire fierté exprimée par son administration et que partagent, à mon avis, les Sud-africains, j’étais confiant que cela allait être un succès. Evidemment, c’était une vitrine extraordinaire, non seulement pour l’Afrique du Sud, mais pour l’Afrique dans son ensemble », a déclaré Barack Obama dans son interview avec la chaine sud-africaine SABC.

XS
SM
MD
LG