Liens d'accessibilité

Plus de 115 migrants secourus par les gardes-côtes près de Tripoli


Des migrants attendent pour descendre du bateau de la Royal Navy Ship HMS Enterprise dans un port sicilien, Italie, le 23 octobre 2016.

Des migrants attendent pour descendre du bateau de la Royal Navy Ship HMS Enterprise dans un port sicilien, Italie, le 23 octobre 2016.

Les gardes-côtes libyens ont annoncé dimanche avoir secouru 115 migrants à bord d'un canot pneumatique au large d'une région à l'est de Tripoli, tandis qu'une personne est morte noyée.

"Leur embarcation est tombée en panne samedi au nord-ouest de la ville de Khoms" à environ 100 km à l'est de Tripoli, a affirmé à l'AFP le colonel Ayoub Qassem, porte-parole de la marine libyenne.

L'opération de sauvetage "a eu lieu vers 07H30 (05H300 GMT) et a duré deux heures", a-t-il ajouté, précisant que les migrants avaient bénéficié d'une "prise en charge médicale et humanitaire" à leur arrivée au port de Khoms, avant d'être remis aux autorités de lutte contre la migration illégale.

Les 115 migrants sont de plusieurs nationalités africaines et le migrant décédé "a été retrouvé mort sur le bateau. Il était tombé à la mer et s'est noyé", a poursuivi M. Qassem.

Les passeurs de migrants clandestins profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime Kadhafi en 2011. La plupart des départs ont lieu depuis l'ouest du pays, à destination de l'Italie qui n'est qu'à 300 kilomètres.

Le Croissant-Rouge libyen avait annoncé samedi avoir retrouvé en une semaine les corps de 40 migrants morts noyés au large de Tripoli.

Dix corps avaient en outre été récupérés le même jour sur un bateau pneumatique au large des côtes libyennes, alors que les secours en mer ont permis de sauver plus de 2.200 personnes dans la journée, selon les gardes-côtes italiens.

Vendredi, huit opérations de secours avaient permis de secourir quelque 1.200 migrants.

Commentant les morts survenues en mer ces derniers jours, le pape François a estimé samedi que la situation des migrants et des réfugiés était "une honte" et "une banqueroute de l'Humanité".

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG