Liens d'accessibilité

Près de 100.000 Ethiopiens et Somaliens ont fui au Yémen en 2015


Des migrants éthiopiens montrent des blessures qu'ils ont subis lors de leur traversé pour le Yémen, 16 mars 2012.

Des migrants éthiopiens montrent des blessures qu'ils ont subis lors de leur traversé pour le Yémen, 16 mars 2012.

L’ONU met en garde contre les dangers de la traversée de la Mer Rouge, révélant que près de 100.000 Éthiopiens et Somaliens ont fui au Yémen en 2015.

Le conflit qui ravage au Yémen n’a pas empêché à prendre le risque de traverser la mer Rouge.

"C'est extrêmement dangereux tant concernant le trajet que la situation qu'ils (les réfugiés) trouvent au Yémen", a déclaré à l'AFP le porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), Adrian Edwards.

Le dernier drame remonte au 8 janvier avec le naufrage d'une embarcation surchargée transportant 106 personnes: 36 avaient péri noyées et 70 avaient survécu.

L'an passé, 95 candidats à l'émigration ont péri lors de la traversée, faisant de 2015 la seconde année la plus mortelle sur ce trajet, selon M. Edwards.

Ce nombre élevé de morts reflète la masse de gens tentant de gagner le Yémen bien que le pays ait sombré dans une guerre civile brutale.

D'après les derniers chiffres du HCR, 92.446 personnes sont arrivées par bateau au Yémen dont les deux tiers depuis que le conflit s'est intensifié en mars dernier.

C'est l'un des bilans annuels les plus élevés depuis plus d'une décennie, a souligné le HCR, précisant que près de 90% (82.268) viennent d'Éthiopie, les autres de Somalie.

M. Edwards a déploré que les "gens ne semblent toujours pas informés de la gravité de la situation yéménite", où environ 6.000 personnes, dont la moitié des civils, ont été tués depuis la dégradation du conflit avec la campagne de bombardements des rebelles menée par l'Arabie saoudite.

Le pays compte plus de 2,5 millions de déplacés internes tandis que 168.000 personnes ont fui le Yémen depuis mars, selon l'ONU.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG