Liens d'accessibilité

Première victoire pour Neymar devant la justice brésilienne


L'attaquant brésilien du FC Barcelone Neymar.

L'attaquant brésilien du FC Barcelone Neymar.

Le juge a estimé qu'il n'était pas possible d'instruire une enquête pénale pour évasion fiscale tant que le fisc brésilien n'aurait pas bouclé sa propre enquête.

L'attaquant brésilien du FC Barcelone Neymar a remporté une manche dans le feuilleton de ses déboires judiciaires, un juge brésilien s'étant opposé à ouvrir contre lui une enquête pénale pour évasion fiscale et faux en écritures.

Le répit pourrait toutefois être de courte durée, le parquet fédéral ayant annoncé vendredi son intention de faire appel de cette décision.

Le juge ne s'est pas prononcé sur la solidité des charges présentés contre Neymar.

Il a jugé qu'il n'était pas possible d'instruire une enquête pénale sur ces faits tant que le fisc brésilien n'aurait pas bouclé sa propre enquête.

Le parquet fédéral a expliqué dans un communiqué qu'il contesterait cette décision en appel "dès qu'elle lui serait officiellement notifiée".

Il argumente qu'au-delà volet fiscal du dossier, il existe de nombreux indices de l'implication de Neymar et des autres protagonistes du dossier dans des délits présumés de faux en écritures, justifiant à eux-seuls l'engagement de poursuites pénales.

La procédure brésilienne concerne sur les conditions opaques du transfert de Neymar de son ancien club brésilien de Santos au FC Barcelone en 2013.

Neymar est également visé en Espagne par une enquête judiciaire sur les mêmes présumés irrégularités, dans le cadre de laquelle il a été entendu mardi par un juge en qualité de mis en examen pour "corruption entre particuliers" et "escroquerie".

D'après l'enquête du parquet brésilien, pendant plus de deux ans, les suspects ont falsifié une série de documents sur les droits de Neymar dans le but de moins payer d'impôts au fisc brésilien.

Le Barça avait chiffré le transfert de Neymar à 57,1 millions d'euros, dont 40 millions pour la famille du joueur et 17,1 millions pour Santos FC, précédent club du Brésilien.

Mais la justice espagnole, saisie par le fonds d'investissement brésilien DIS, plaignant dans cette affaire et qui détenait 40% des droits du joueur, a évalué le montant réel à au moins 83,3 millions d'euros.

DIS avait reçu 6,8 millions d'euros sur les 17,1 millions payés à Santos, et estime donc ne pas avoir touché sa part sur des contrats annexes que le club catalan aurait utilisés pour occulter le coût total du transfert.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG