Liens d'accessibilité

Première réunion des chefs des armées des pays du Lac Tchad


Soldats camerounais du BIM opérant un drone à Achigachia, le 16 Mars 2016 (la force régionale chargée de lutter contre Boko est composée de 8700 soldats)

Soldats camerounais du BIM opérant un drone à Achigachia, le 16 Mars 2016 (la force régionale chargée de lutter contre Boko est composée de 8700 soldats)

Les chefs d'Etat-major des armées des pays du lac Tchad sont réunis vendredi à Diffa au Niger "pour faire le point" sur les opérations contre Boko Haram.

"Cette réunion des chefs d'Etat-major des armées du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Cameroun vise à faire le point des opérations contre la nébuleuse Boko Haram", selon "la Voix du Sahel", la radio nationale nigérienne.

Le général nigérian Lamidi Adeosun, qui commande la Force multinationale mixte constituée par les armées des quatre pays, a également pris part à cette rencontre, a souligné la radio.

Cette réunion, la première du genre, intervient un mois après l'attaque massive et meurtrière des islamistes contre les positions militaires nigériennes à Bosso, près de la frontière du Nigeria et dans laquelle 26 soldats, dont deux Nigérians, ont été tués. Plusieurs civils ont également été tués, sans que l'on connaisse le bilan exact.

Selon la télévision nigérienne, "pour encourager" et "soutenir" les troupes, le chef d'Etat-major des armées du Niger, le général Seyni Garba, a symboliquement fêté mardi la fin du ramadan avec les soldats stationnés dans cette zone.

Il a aussi "rendu visite aux troupes tchadiennes déjà sur place", a souligné la télévision.

Après l'attaque de Bosso, Niamey a annoncé une contre-offensive en coordination avec le Nigeria et le Cameroun "dans les plus brefs délais" pour prendre "en tenaille" les islamistes armés.

L'opération, dont la date n'est pas encore divulguée, sera menée "à partir" du sud-est du Niger, sous le commandement de la Force multinationale mixte, avait expliqué Hassoumi Massaoudou, le ministre nigérien de la Défense.

En mars 2015, les armées du Tchad et du Niger avaient déjà mené une offensive d'envergure sur le sol nigérian et étaient parvenues à chasser les combattants de Boko Haram de certaines zones, dont Malam Fatori et Damasack (Nigeria) près du Niger. Mais après le départ des militaires, les islamistes ont réoccupé plusieurs bastions.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG