Liens d'accessibilité

Première audience pour Serubuga à Rouai


Le génocide rwandais avait fait des centaines de milliers de morts

Le génocide rwandais avait fait des centaines de milliers de morts

La Cour d’appel de Douai, en France, examinait jeudi la demande d’extradition soumise par le Rwanda, visant l’ex colonel de l’armée rwandaise Laurent Serubuga, recherché en rapport avec le génocide de 1994.


M. Serubuga a été arrêté le 11 juillet dans le nord de la France, où il vivait depuis plusieurs années, suite à un mandat d’arrêt international émis par le Rwanda.

Selon Alain Gauthier, président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), « la première audience a eu lieu ce matin » à Douai, « et comme on s’y attendait, l’avocat de la défense a demandé un report, pour avoir le temps d’examiner le dossier ». La prochaine audience serait fixée au 12 août.

L’ancien colonel a fait partie d’un groupe d’officiers surnommés « Les camarades du 5 juillet 1973 », qui avaient aidé Juvénal Habyarimana à renverser l’ancien président Grégoire Kayibanda. Par la suite, M. Serubuga a occupé les fonctions de chef d’état-major adjoint de l’armée rwandaise. A ce titre, fait valoir M. Gauthier, M. Serubuga « a eu une grande influence avant le génocide ». Très proche d’Habyarimana, il serait considéré comme l’un des « cerveaux » à l’origine des massacres.

Avant d’habiter dans le nord de la France, l’ex colonel résidait à Strasbourg, rappelle M. Gauthier, qui s’étonne qu’il n’ait été inquiété ni par la France, ni par le Rwanda, et que presque 20 ans se soient écoulés avant qu’il ne soit interpellé.

La justice française a rejeté à plusieurs reprises des demandes d’extradition de Rwandais résidant en France, formulées par le gouvernement de Kigali. Notamment, la Cour d’appel de Paris a rejeté en 2011 la demande d’extradition d’Agathe Habyarimana, veuve de l’ancien président rwandais. Par ailleurs, en 2010, elle avait également refusé d’extrader Eugène Rwamucyo, un médecin rwandais.

Début 2014, la France sera le théâtre d'un procès sur le génocide au Rwanda, lorsque Pascal Simbikangwa, arrêté à Mayotte en 2008, sera jugé en rapport avec les tueries.
XS
SM
MD
LG