Liens d'accessibilité

Près de 7 millions de personnes sont décédées en 2012, en raison de la pollution de l'air, selon l'OMS


Une vue de Notre-Dame-de-Paris

Une vue de Notre-Dame-de-Paris

La pollution de l'air considérée comme la plus grande menace pour notre santé en matière de qualité de l’environnement. C'est ce que révélè une étude publiée mardi par l'Organisation mondiale de la santé.

La pollution atmosphérique est un problème mondial. L’OMS estime qu’une personne sur huit dans le monde meurt de la pollution de l'air.

Des données récentes montrent que les personnes exposées à la pollution de l’air, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, meurent prématurément de maladies cardio-vasculaires, telles que les accidents vasculaires cérébraux et les attaques cardiaques ischémiques, ainsi que les maladies pulmonaires chroniques et le cancer.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la plupart des décès dus à la pollution de l'air surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique occidental, où environ la moitié de la population mondiale chauffent leurs maisons et préparent à manger en utilisant les feux ouverts et poêles simples.
Les responsables sanitaires estiment que l'utilisation de charbon et de biomasse combustibles, tels que le bois, les déjections animales et les déchets agricoles, est responsable de la mort prématurée de 4,2 millions de personnes en 2012. Ils ont aussi relevé un lien entre 3,7 millions d’autres décès dans les zones urbaines et rurales et la pollution de l'air extérieur.

Carlos Dora coordonnateur de programmes de santé publique à l’OMS, dit que l'air ne peut pas être acheté en bouteille. "Pour résoudre ce problème, il est très important que les pays, les nations prennent des mesures plus ou moins coordonnées et la raison en est que les minuscules ces particules d’air que l’on partage parcourent des milliers de kilomètres, normalement autour de l'hémisphère, vers l'est. Alors la pollution dans un pays aura une incidence sur un certain nombre d'autres pays sous le vent."

La pollution de l'air était autrefois pire dans les pays développés que dans les pays en développement, fait remarquer Dr. Dora. Mais il affirme que les pays développés, notamment le Royaume-Uni et les États-Unis, ont pris des mesures qui ont considérablement réduit la pollution de l’air au cours des dix dernières années.

"Nous savons que ces interventions produisent un bon résultat ... sur l'énergie, en particulier. Sur le transport…on a des moteurs plus performants, des carburants plus propres, des moyens technologiques plus efficients dans le domaine de l’énergie etc."

Le responsable onusien dit que, dans la plupart des cas, les stratégies visant à réduire la pollution de l’air produiront des avantages économiques à long terme, parce que cela entraînera une réduction du coût des soins de santé.
XS
SM
MD
LG