Liens d'accessibilité

Poutine qualifie d'"hystérie" les accusations d'ingérence russe dans les élections US


Un enfant marche le long d'un graffiti représentant Donald Trump et Vladimir Poutine s'embrasser, à Vilnius, Lithuanie, le 14 mai 2016.

Un enfant marche le long d'un graffiti représentant Donald Trump et Vladimir Poutine s'embrasser, à Vilnius, Lithuanie, le 14 mai 2016.

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié "d'hystérie" les accusations selon lesquelles la Russie chercherait à influencer les élections aux Etats-Unis en favorisant le candidat républicain Donald Trump au détriment d'Hillary Clinton.

L'homme fort du Kremlin, qui prononçait un discours sur les relations internationales devant des experts et anciens dirigeants étrangers invités par le club Valdaï à Sotchi (sud), a longuement critiqué les Etats-Unis qui utilisent, selon lui, les questions internationales pour servir leurs intérêts en brandissant le danger "stupide" d'une "pseudo menace russe".

"Parmi les problèmes mythiques, imaginaires, on trouve l'hystérie, je ne peux pas dire autrement, qui s'est développée aux Etats-Unis concernant l'influence qu'aurait la Russie sur l'élection présidentielle", a déclaré Vladimir Poutine.

"On pourrait penser qu'il existe aux Etats-Unis une multitude de problèmes brûlants (...) Mais visiblement, l'élite n'a rien d'autre à dire, n'a rien d'autre pour calmer la société, et il est donc plus facile d'attirer l'attention des gens sur les soi-disant pirates informatiques, espions, agents d'influence russes", a-t-il ajouté.

"Est-ce que vraiment quelqu'un pense sérieusement que la Russie peut influencer le choix du peuple américain? L'Amérique, c'est une république bananière ou quoi? L'Amérique est une grande puissance", a poursuivi M. Poutine.

Washington a récemment accusé la Russie d'avoir orchestré de vastes piratages informatiques pour influencer la campagne présidentielle aux Etats-Unis, des allégations que le président Poutine a rejetées.

La Russie a été accusée aux Etats-Unis de vouloir favoriser le candidat républicain Donald Trump, qui a tenu des propos élogieux sur le chef du Kremlin et plaidé pour de meilleures relations avec lui.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG