Liens d'accessibilité

Poursuivie pour "atteinte à la paix de morts" pour avoir laissé exhumer le corps d'un ex-roi du Burundi


(Photo Simone Orendain/VOA)

(Photo Simone Orendain/VOA)

Une femme a comparu jeudi devant le tribunal de police à Genève pour avoir donné son accord à l'exhumation du corps de l'ex-roi du Burundi, Mwambutsa IV, mort en Suisse en 1977.

La prévenue, demi-soeur de la fille de l'ex-monarque, est poursuivie pour "atteinte à la paix des morts" après avoir autorisé en 2012 l'exhumation de la dépouille du roi, à la demande de sa demi-soeur et du gouvernement burundais, qui voulaient rapatrier le corps pour des funérailles nationales, a indiqué la Tribune de Genève.

Depuis, la dépouille de Mwambutsa IV est bloquée à Genève, une des nièces du roi, Mme Esther Kamatari s'étant opposée au transfert du corps au Burundi.

"J'ai considéré qu'il y avait des personnes plus proches du roi pour décider de son sort. La princesse m'a demandé de signer l'accord", a déclaré la prévenue, selon l'agence de presse suisse ATS.

Son avocat, Me Alain Marti, qui représente également le gouvernement burundais dans l'affaire a plaidé l'acquittement :"Toute cette procédure repose sur du néant. Ma cliente a fait ce que sa demi-soeur lui demandait".

Le tribunal doit choisir "entre les enjeux d'une réconciliation nationale, dont la dépouille de Mwambutsa IV est le symbole, et les démarches" de la nièce qui est également candidate à la prochaine élection présidentielle du Burundi, a-t-il ajouté.

Mwambutsa IV a régné pendant 50 ans sur le petit pays d'Afrique centrale, jusqu'à son renversement en 1966. Il a alors obtenu l'asile en Suisse où il a vécu jusqu'à sa mort.

Conformément à son testament, il était inhumé au cimetière de Meyrin, dans la banlieue de Genève, jusqu'en 2012.

Le tribunal de police devrait rendre son jugement dans une quinzaine de jours.

XS
SM
MD
LG