Liens d'accessibilité

Pour Washington, retirer les Casques bleus d'Haïti est un "exemple fort"

  • VOA Afrique

Casques bleus, Cité Soleil , Port-au-Prince, Haiti, le 22 février 2017.

L'ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies a apporté son soutien mardi au projet de mettre un terme à la mission des Casques bleus en Haïti, estimant que cela constituerait un "exemple fort" de la façon dont les missions doivent évoluer.

Nikki Haley a tenu ces propos en amont d'un vote prévu jeudi au Conseil de sécurité sur l'opportunité de supprimer la Minustah d'ici le 15 octobre pour la remplacer par une présence onusienne réduite.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres est à l'origine de cette proposition, qui intervient sur fond de possible réduction de l'aide financière américaine à l'ONU. La mission est déployée depuis 13 ans en Haïti.

"Nous considérons la transformation de la mission en Haïti, y compris le retrait des militaires, comme un exemple fort de la façon dont les missions de maintien de la paix peuvent et doivent évoluer à mesure des changements de la situation politique du pays" concerné, a déclaré Mme Haley devant le Conseil.

Les Etats-Unis, plus gros contributeurs financiers aux missions de maintien de la paix de l'ONU, ont appelé l'organisation internationale à revoir ses missions au cas par cas pour trouver de possibles économies.

La Minustah a été déployée en 2004 après le départ du président Jean-Bertrand Aristide, pour contenir la poussée de la violence.

Elle a dû toutefois faire face à une grande méfiance de la part de la population, notamment depuis 2010, lorsqu'une épidémie de choléra a été introduite dans le pays par des Casques bleus népalais, causant la mort de 9.000 Haïtiens jusqu'à présent.

Actuellement, la Minustah compte 2.370 Casques bleus. Une mission plus réduite prendrait le relais pour assister la police locale qui serait dès lors chargée d'assurer la stabilité. Du personnel onusien veillerait aussi à la situation en matière de droits de l'homme.

Avec un budget annuel de 346 millions de dollars, la mission de l'ONU en Haïti ne fait pas partie des plus coûteuses de l'organisation. Mais la fermer enverrait un message sur la nécessité de rationaliser les coûts du maintien de la paix onusien.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG