Liens d'accessibilité

Pour Obama, les Etats-Unis doivent rester "un phare de l'espérance" pour le monde


Barack Obama, Washington, le 14 novembre 2016

Barack Obama, Washington, le 14 novembre 2016

Le président américain sortant Barack Obama a affirmé lundi que les Etats-Unis devaient rester "un phare de l'espérance" et la "nation indispensable" pour la communauté internationale, moins d'une semaine après l'élection de Donald Trump à la présidence.

Il a également assuré que le président élu Trump était favorable à une Otan forte, lors de leur premier entretien à la Maison Blanche jeudi dernier, après que le candidat républicain eut semblé remettre en cause les principes de l'Alliance atlantique durant sa campagne.

M. Obama s'exprimait lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche avant un ultime voyage en Europe qui le mènera en Grèce et en Allemagne, où il tentera, dans un étrange exercice d'équilibriste, de rassurer des alliés sous le choc de l'élection de Donald Trump à sa succession.

"Un des messages que je serai en mesure de porter est son engagement (de M. Trump, Ndlr) à l'égard de l'Otan et de l'alliance transatlantique", a assuré le président sortant.

"Ces alliances ne sont pas seulement bonnes pour l'Europe, elles sont bonnes pour les Etats-Unis", a-t-il martelé.

Auparavant, sa conseillère à la sécurité nationale Susan Rice avait affirmé dans un entretien à l'AFP que les alliés de l'Amérique qui jouissent de traités de défense mutuelle pourront continuer de compter sur les Etats-Unis sous la présidence Trump.

Face aux inquiétudes des alliés des Etats-Unis sur l'orientation de la diplomatie américaine sous la prochaine administration, M. Obama a vanté "l'immense continuité" de la politique étrangère américaine "qui fait de nous la nation indispensable quand il s'agit de maintenir l'ordre international et la prospérité mondiale".

Le président américain sortant Barack Obama a appelé les démocrates à "se battre, se montrer partout" à travers les Etats-Unis, dans une critique à peine voilée envers Hillary Clinton qui a perdu des bastions de la gauche face à Donald Trump.

"L'une des questions qui doit être claire aux yeux des démocrates, c'est que compte tenu de la distribution de la population à travers le pays, nous devons nous battre partout, nous devons nous montrer partout, nous devons travailler au niveau de la base", a dit Barack Obama..

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG