Liens d'accessibilité

Un policier jordanien tue deux instructeurs américains et un autre sud-africain


Carte de la Jordanie.

Carte de la Jordanie.

Deux autres instructeurs américains et quatre Jordaniens ont également été blessés, avant que le tireur ne soit tué par ses camarades. L'attaque intervient au 10e anniversaire des attentats-suicides contre des hôtels à Amman.

Un policier jordanien a tué par balle, lundi 9 novembre, deux instructeurs américains et un autre sud-africain avant d'être abattu, dans un centre d'entraînement de la police à l'est d'Amman, a indiqué le porte-parole du gouvernement jordanien cité par l'agence jordanienne Petra.

Le policier, Anwar Abou Zeid​, a blessé deux autres instructeurs américains et quatre Jordaniens, avant d'être tué par ses camarades, a ajouté Mohmmed Momani.

Il avait le grade de capitaine et n'avait "aucun lien avec des organisations terroristes", a affirmé une source proche de sa famille.​

"Une enquête est en cours pour déterminer les motivations du crime et les circonstances", a indiqué M. Momani, qui est aussi ministre de l'Information.

L'attaque s'est déroulée dans le Centre international jordanien pour l'entraînement de la police dans la région d'Al-Mowaqer, à une trentaine de kilomètres à l'est d'Amman. Des unités des polices irakienne et palestinienne y ont été entraînées dans le passé.

Selon M. Momani, les trois instructeurs tués avaient un contrat pour entraîner la police jordanienne.

Cérémonie de recueillement

L'attaque a eu lieu dans le centre d'entraînement de la police dans la région d'Al-Mowaqer, à une trentaine de kilomètres à l'est d'Amman.

Cette attaque coïncide avec le dixième anniversaire des attentats-suicides du 9 novembre 2005 contre des hôtels à Amman, dans lesquels une soixantaine de personnes avaient été tuées et des dizaines d'autres blessées.

Le roi Abdallah II et la reine Rania de Jordanie ont participé lundi à une cérémonie de recueillement à la mémoire des victimes de ces attentats.

La Jordanie est un allié stratégique des Etats-Unis au Proche-Orient et participe à la coalition conduite par les Américains contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

L'ambassade américaine à Amman n'a pas commenté les faits dans l'immédiat, se contentant de dire qu'elle était "en contact avec les autorités jordaniennes compétentes".

La famille de l'assaillant, "en état de choc", était interrogée par les services de sécurité, a ajouté la source proche d'elle.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG