Liens d'accessibilité

Policier et sa compagne tués en France : l'homme placé en garde à vue remis en liberté


Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police adjoint du commissariat des Mureaux, et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, ont été assassinés à leur domicile le 13 juin 2016.

Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police adjoint du commissariat des Mureaux, et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, ont été assassinés à leur domicile le 13 juin 2016.

L'homme placé mardi matin en garde à vue en France à la suite de perquisitions dans l'entourage de Larossi Abballa, le jihadiste qui a tué un policier et sa compagne le 13 juin, a été remis en liberté, a indiqué une source judiciaire.

"La garde à vue a été levée, il n'y a pas de charges retenues à ce stade contre lui. L'enquête se poursuit", a indiqué à l'AFP le parquet de Versailles (ouest de Paris). L'opération de police ayant conduit à son interpellation était destinée à vérifier des informations selon lesquelles un groupe de personnes, dont certains proches d'Abballa, voulaient s'en prendre à des policiers.

La police avait procédé mardi matin à des perquisitions menées dans l'entourage de Larossi Abballa. Un homme de 41 ans avait été placé en garde à vue.

Deux autres personnes étaient concernées par ces perquisitions mais n'ont pas été interpellées.

Des sources policières avaient auparavant fait état de trois interpellations dans l'entourage d'Abballa, dont une personne fichée parmi les personnes radicalisées.

Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été assassinés à leur domicile le 13 juin. Larossi Abballa, 25 ans, qui a revendiqué son acte en prêtant allégeance au groupe Etat islamique (EI), a été tué le soir même lors d'une intervention des policiers d'élite.

Le suspect brièvement placé en garde à vue a déjà été condamné en 2007 à 8 ans d'emprisonnement, peine aujourd'hui purgée, pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste.

Franco-marocain, il a par ailleurs fait l'objet le 7 octobre d'une déchéance de la nationalité française, devenue définitive début juin.

L'une des deux autres personnes qui étaient visées par ces perquisitions connaissait également Larossi Abballa, a précisé le parquet de Versailles.

Deux autres proches du jihadiste, Saad Rajraji et Charaf-Din Aberouz, 27 et 29 ans, ont déjà été écroués samedi dans l'enquête ouverte sur ces assassinats. Les deux hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste" criminelle, les juges ne retenant pas à ce stade une complicité directe.

Ils avaient été condamnés avec Abballa en septembre 2013 lors du procès d'une filière d'envoi de jihadistes au Pakistan.

Selon une source policière, les enquêteurs ont retrouvé lors d'une perquisition au domicile de Saad Rajraji l'adresse internet de Fabien Clain. Ce jihadiste français, dont le nom apparaît dans de nombreux dossiers terroristes, est l'auteur du message de l'EI revendiquant les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (130 morts).

L'attaque jihadiste contre Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police adjoint du commissariat des Mureaux, et Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, a provoqué un vif émoi dans la population locale.

Une marche blanche jeudi a rassemblé 2.500 personnes à Mantes-la-Jolie, puis un millier de personnes a participé samedi à une marche silencieuse dans la ville, avant une nouvelle marche le lendemain, rassemblant 2.500 personnes à l'appel d'associations musulmanes en solidarité avec la police. Le président François Hollande avait présidé une cérémonie d'hommage vendredi à Versailles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG