Liens d'accessibilité

Polémique sur les crèches musulmanes à Vienne


La présence à Vienne d'"environ 150 crèches" confessionnelles musulmanes, selon un récent rapport universitaire, est au coeur d'une vive controverse politique en Autriche entre ceux qui y voient le ferment d'une possible radicalisation et leurs contradicteurs déplorant l'absence de preuves tangibles.

C'est la publication dans la presse de l'étude préliminaire d'un spécialiste en pédagogie religieuse musulmane, chercheur à l'université de Vienne, qui a fait enfler la polémique au sein de la classe politique viennoise depuis le début de la semaine.

Le ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration, Sebastian Kurz, qui a qualifié le fonctionnement de certaines de ces crèches de "gros problème", rencontre jeudi les responsables de la ville de Vienne en charge des questions d'éducation et de l'enfance pour exiger "l'évaluation la plus large possible et le contrôle des crèches musulmanes".

Selon le rapport du chercheur Ednan Aslan, dont un résumé de trois pages est disponible en ligne, l'éducation dispensée par certaines de ces structures conduit à un "isolement théologiquement fondé" des enfants vis à vis de la société, leur inculque des règles religieuses entravant le développement d'une "pensée autonome", (et) promeut des "modèles traditionnels".

Le chercheur reconnaît qu'il ne s'agit que de conclusions préliminaires et qu'une enquête plus longue et approfondie serait nécessaire.

Le manque d'exemples concrets soutenant la démonstration de l'auteur est l'une des critiques portées par la municipalité sociale démocrate (SPÖ) de Vienne sur le rapport.

La conseillère municipale Sonja Wehsely (SPÖ), tout en défendant les contrôles menés par la ville au sein des crèches, a ainsi demandé au ministre Sebastian Kurz (ÖVP conservateur) de lui "transmettre rapidement les cas concrets".

La ville de Vienne se dit parallèlement prête à aller jusqu'à "la fermeture" des crèches où des manquements auraient été constatés.

L'extrême droite (FPÖ), en progression dans les urnes, est également montée au créneau pour exiger que ces crèches soient fermées car "ce qui commence dans une crèche se termine dans les camps terroristes des djihadistes".

Le président de la communauté musulmane Fuat Sanac a jugé "ridicule" le soupçon d'éducation "salafiste" pesant sur certaines crèches, expliquant que dans les établissements qu'il avait pu visiter l'éducation se faisait "essentiellement en allemand", en dehors "des prières au début des repas et de certains concepts du Coran".

Comme dans la plupart des pays européens, la crise migratoire et les attentats de Paris ont accru la sensibilité de l'opinion publique autrichienne à la place de la religion musulmane dans l'espace public.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG