Liens d'accessibilité

Polémique en Espagne sur la présence d'un bébé au Parlement


Session agitée au parlement espagnol le 9 novembre 2015.

Session agitée au parlement espagnol le 9 novembre 2015.

La participation à la première session du nouveau Parlement espagnol d'un bébé de cinq mois dans les bras d'une élue de Podemos, visant à mettre l'accent sur la difficile conciliation entre vie privée et professionnelle, a entraîné jeudi une vive polémique en Espagne.

La participation à la première session du nouveau Parlement espagnol d'un bébé de cinq mois dans les bras d'une élue de Podemos, visant à mettre l'accent sur la difficile conciliation entre vie privée et professionnelle, a entraîné jeudi une vive polémique en Espagne.

"Moi je n'aime pas ça", a déclaré à la radio le ministre de l'Intérieur conservateur Jorge Fernandez Diaz, "il y a une magnifique garderie" au Congrès (chambre basse) et "ce n'est pas l'ambiance la plus adaptée pour un enfant".

Carolina Bescansa, 44 ans, députée de Podemos qui ne se sépare jamais de son nouveau-né, s'est installée dans les rangs de l'assemblée mercredi avec son garçonnet de cinq mois, déclenchant une tempête de commentaires sur les réseaux sociaux.

"La législature durera peu, avec le bébé en pleurs de Bescansa, personne n'entendra rien" a ironisé un internaute @DavidPenalver sur Twitter où critiques et blagues ont fait florès.

"Beaucoup de femmes en Espagne ne peuvent pas élever leurs enfants comme elles le souhaiteraient et ne peuvent aller au travail avec leurs enfants", a expliqué Carolina Bescansa.

La polémique "en dit long sur ce pays" a-t-elle ajouté.

Dans le quotidien El Pais, la journaliste Cecilia Jan a en revanche pris sa défense, estimant que ce geste était "nécessaire".

Avant Carolina Bescansa, l'eurodéputée italienne Licia Ronzulli avait aussi attiré tous les regards en amenant sa fille d'un mois au Parlement pour "toutes ces femmes qui ne peuvent concilier la maternité et le travail".

Les droits des femmes sont au coeur du programme de Podemos et ses alliés (20,6%), troisième force politique espagnole.

Le parti demande notamment des garderies gratuites, insuffisantes en Espagne selon ce parti.

La conciliation vie privée-vie professionnelle est un sujet de débat dans le pays où les journées de travail sont souvent très longues, en particulier dans le privé, avec des pauses dans l'après-midi de deux heures mais des horaires qui peuvent s'étaler jusqu'à 20h00.

Le congé maternité est semblable à celui de la France (16 semaines), mais bien en-dessous du Damenark (18 semaines et la possibilité d'un congé parental subventionné de 32 semaines voire plus).

XS
SM
MD
LG