Liens d'accessibilité

Polémique après le passage à la TV d'une défenseuse des jeunes partant au jihad en Allemagne


Nora Illi, représentante des affaires des femmes au Comité central islamique de Suisse à Bern, le 29 octobre 2011.

Nora Illi, représentante des affaires des femmes au Comité central islamique de Suisse à Bern, le 29 octobre 2011.

La chaîne publique allemande ARD était sous le feu des critiques lundi pour avoir invité au principal talk-show politique du pays une femme portant un voile intégral et arguant que les jeunes partant faire le jihad montrent du "courage civil".

Cette émission, présentée tous les dimanches soirs, s'est penchée ce dimanche sur la question de la radicalisation des jeunes. Une des cinq invités était Nora Illi, représentante d'un groupe appelé le Comité central islamique de Suisse.

Portant un niqab et se disant "fascinée par la diversité de l'islam", Mme Illi a affirmé pendant l'émission que les jeunes partant faire le jihad en Syrie devraient être loués pour leur "courage civil".

"Par exemple, une jeune femme qui se sent exclue de la société peut voir la Syrie comme une terre promise, comme la seule issue", a-t-elle affirmé, suscitant immédiatement les critiques des autres invités puis celles des téléspectateurs sur les réseaux sociaux.

"C'est de la propagande, on ne peut pas dire cela à la télévision publique", a protesté Ahmad Mansour, un expert de l'islam invité dans l'émission aux côtés d'un père dont la fille a rejoint l'organisation de l'État islamique (EI), d'un imam et d'un homme politique du parti chrétien-démocrate (CDU).

Sur Twitter, ce thème était parmi les plus débattus du réseau social en Allemagne. "Une invitée d'un talk-show encourage la guerre sainte à la télévision publique et je paie la redevance télévisuelle pour ça - c'est triste", a réagi un utilisateur, Jakub Santur.

Le député CDU Sebastian Steineke a jugé "dangereux que quelqu'un puisse défendre l'islam radical sur une telle plateforme".

"L'opinion controversée de Mme Illi (...) a été vivement débattue", s'est défendu la chaîne de télévision lundi, indiquant que le panel d'invités avait été constitué pour permettre cette "confrontation nécessaire".

Selon un bilan présenté en mai par le renseignement intérieur allemand, un total de 820 jihadistes ont quitté l'Allemagne pour la Syrie et l'Irak. Près d'un tiers est déjà revenu et environ 140 ont été tués. Quelque 420 seraient ainsi encore en territoire syrien ou irakien.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG