Liens d'accessibilité

Plusieurs arrestations de jihadistes présumés au Maroc


Des officiers de police gardent le Centre de la conférence internationale où l'ONU sponsorise un traité pour stopper la guerre en Libye le 16 décembre 2015 à Sikhrat, Maroc.

Des officiers de police gardent le Centre de la conférence internationale où l'ONU sponsorise un traité pour stopper la guerre en Libye le 16 décembre 2015 à Sikhrat, Maroc.

La police marocaine a arrêté ces derniers jours quatre "dangereux" jihadistes présumés qui s'apprêtaient à commettre des attentats "d'une extrême gravité" au Maroc.

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a interpellé mercredi "un élément dangereux affilié à l'organisation Etat islamique", actif près de la ville de Meknès, et impliqué "dans la planification d'attentats terroristes au Maroc", selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Le suspect avait "acquis une vaste expérience dans la confection des explosifs actionnés à distance" et était "en train de se procurer les ingrédients essentiels à la fabrication" d'une bombe, a précisé le ministère.

Vendredi dernier, ce sont trois extrémistes membres d'une même cellule qui ont été arrêtés dans la région de Tanger (nord) alors qu'ils s'apprêtaient "à commettre des actes terroristes d'une extrême gravité" pour ensuite "proclamer une wilaya (province) rattachée" à l'EI, toujours selon la même source.

Le chef de cette cellule, qui se préparait à rejoindre la scène syro-irakienne, avait été mandaté par un combattant marocain de l'EI, ayant lui-même déjà diffusé plusieurs enregistrements contenant des menaces contre le royaume.

Recevant un soutien financier et logistique de l'organisation jihadiste, il était chargé de préparer des attentats "visant des installations sensibles, des établissements sécuritaires et des sites touristiques, ainsi que des étrangers issus de certains pays participant à la coalition internationale contre Daech", a précisé l'Intérieur.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG