Liens d'accessibilité

Plus de cinquante millions d'Américains affectés par l'ouragan Sandy


Toute la côte Est des Etats-Unis, en état de siège dans l'attente de l'ouragan Sandy

Toute la côte Est des Etats-Unis, en état de siège dans l'attente de l'ouragan Sandy

Des inondations déjà signalées sur la côte Est des Etats-Unis, à l’approche du cyclone Sandy qui doit commencer à survoler la terre ferme lundi soir. Les populations des grandes métropoles telles que Washington, Philadelphia ou encore New York, ont été invitées à rester chez elle, la situation devant se dégrader tout au long de la journée.

Les transports publics – aéroports, rains, autobus et métros – sont suspendus, les administrations, bureaux, établissements scolaires et magasins sont fermés dans l’attente de vents violents pouvant dépasser les 140 km/hr. Les Nations Unies (ONU) ont fermé. Même Wall Street a dû mettre clé sous porte, la bourse de New York étant située dans le bas de Manhattan, où l’on s’attend à des inondations, vu que le mur d’eau poussé par le vent pourrait atteindre 3 mètres.

Sandy est l’une des tempêtes les plus importantes à jamais frapper la région, et les pluies diluviennes déjà enregistrées depuis les Carolines jusqu’au Massachusetts, devraient durer plusieurs jours.

La côte est des Etats-Unis est la région la plus peuplée du pays. L’ouragan Sandy, qui remonte lentement cette côte, se heurte à deux autres tempêtes venues de l’Arctique. C’est ce qui a commencé à créer ce que les météorologues qualifient de super-tempête, ou « Frankenstorm », vu qu’elle va affecter jusqu’à 60 millions de personnes.

Les aéroports ont commencé à suspendre leurs opérations dès dimanche, et les compagnies aériennes ont annulés les vols par milliers. Amtrak, la ligne de chemin de fer reliant Boston dans le Massachusetts à Miami en Floride, a suspendu ses départs dans le nord-est.

Le président Barack Obama a assisté dimanche à une réunion de l’agence fédérale de gestion des catastrophes, la FEMA (Federal Emergency Management Agency), et il a appelé ses compatriotes à prendre la tempête « très au sérieux » et de suivre les consignes données au niveau local et au niveau des Etats.

Les populations ont été invitées à emmagasiner de l’eau potable, des conserves et des batteries, et à se préparer en cas de panne de courant. Les Etats de New York, Pennsylvanie, Maryland, Virginie, Caroline du Nord ainsi que la capitale, Washington, D.C., ont déclaré l’état d’urgence. Les autorités du Delaware notamment ont reçu l’ordre d’évacuer certaines régions.

Il faut dire qu’une large partie des côtes de l’Est des Etats-Unis n’est qu’un vaste marécage, au même niveau pratiquement que la mer, facilement engouffré par les marées lors de grosses tempêtes. C’est l’une des raisons pour lesquelles les ouragans sont à la fois si destructifs, et si redoutés.

M. Obama a dit aux employés de la FEMA d’être prêts à intervenir, dès que les États réclament de l'aide. Il a annulé plusieurs déplacements prévus dans le cadre de sa campagne électorale pour rester à la Maison Blanche et surveiller l’évolution de la situation.

Son rival républicain à l’élection présidentielle du 6 novembre, l’ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney, a lui aussi annulé des déplacements dans l’Etat pivot de Virginie, qui est affecté par l’ouragan Sandy. Il devait se rendre dans l'Ohio et l'Iowa, mais a annulé une visite dans le Wisconsin.

Jusqu’à présent, le bilan de la tempête, qui a ravage plusieurs iles de la mer des Caraïbes, est de 60 morts aux Bahamas, à Cuba, à la Jamaïque et en Haïti.







XS
SM
MD
LG