Liens d'accessibilité

Plus de 78.000 déplacés au Darfour


Des femmes et enfants dans un camp pour déplacés internes au Darfour

Des femmes et enfants dans un camp pour déplacés internes au Darfour

Ces chiffres révélés mercredi par un haut responsable de l'ONU concernent les personnes qui ont été contraintes de fuir leur lieu d’habitation depuis le début de l'année, sous l'effet de l'offensive des troupes gouvernementales dans la province soudanaise du Darfour.

Le sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, a déclaré devant le Conseil de sécurité que ces chiffres de plus de 78.000 déplacées se basent sur les estimations des organisations humanitaires.

Selon lui, l'ONU a reçu des informations selon lesquelles 130.000 personnes supplémentaires auraient été déplacées dans la région du Jebel Marra mais elles n'ont pas encore pu être vérifiées.

L'ONU s'inquiète également "d'informations sur des attaques aveugles contre des civils et de violations des droits de l'homme" au Darfour.

M. Mulet a rappelé que depuis février l'ONU et le gouvernement soudanais avaient tenu, à la demande de Khartoum, une série de discussions pour préparer un retrait progressif des Casques bleus de la force conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad). Ce retrait devrait concerner en premier lieu l'ouest du Darfour, relativement calme depuis deux ans.

"Ces consultations vont reprendre dans les prochaines semaines", a-t-il indiqué. En attendant, il suggère de prolonger d'un an le mandat de la Minuad, qui expire fin juin.

"Lorsque la population sera libérée de la peur et des violences, alors il sera temps de nous désengager", a-t-il ajouté.

"Il serait irresponsable (..) de céder aux exigences de Khartoum pour un départ prématuré, ou même un retrait partiel (de la Minuad) étant donné la crise humanitaire et de sécurité qui prévaut", a estimé un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Il a également souligné que 430.000 personnes avaient été chassés de leurs foyers par les violences l'an dernier, "davantage qu'à aucun autre moment" depuis le début en 2003 du conflit entre le gouvernement et des insurgés. Ce conflit a depuis fait 300.000 morts et déplacé 2,5 millions de personnes.

L'ambassadeur adjoint soudanais Hassan Hamid Hassan a répété devant le Conseil que pour Khartoum, "il n'y a plus de guerre" au Darfour mais seulement "quelques poches de résistance qui mènent des opérations de sabotage limitées", ainsi que "des conflits tribaux qui ont toujours fait rage dans toute la région".

Déployée depuis 2007 et forte de quelque 15.000 policiers et militaires et 4.000 civils, la Minuad est l'une des plus importantes missions de maintien de la paix de l'ONU dans le monde.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG