Liens d'accessibilité

Plus de 70.000 partisans du port libre des armes à feu au congrès de la NRA


Wayne LaPierre, vice-président de la NRA, estime que le droit au port libre des armes à feu reste menacé

Wayne LaPierre, vice-président de la NRA, estime que le droit au port libre des armes à feu reste menacé

Plus de 70.000 personnes ont participé ce weekend au congrès annuel de la National Rifle Association (NRA), le puissant groupe de pression en faveur du libre port des armes à feu.

La rencontre, qui se déroulait à Houston, a permis aux participants d’échanger, d’écouter des discours et d’obtenir un aperçu de certains des derniers produits offerts par les fabricants d'armes à feu. Au cœur des débats : la résistance aux récents projets de loi visant à limiter l'accès aux armes à feu.

Les membres de la NRA sont venus des quatre coins du pays pour témoigner de leur soutien en faveur du port libre des armes, un droit garanti par le deuxième amendement à la Constitution. Ce droit est menacé, selon le vice-président et directeur général de la NRA, Wayne LaPierre.
Un magazins d'armes à Phoenix dans l'Arizona

Un magazins d'armes à Phoenix dans l'Arizona


« Nous ne ferons jamais aucune concession dans notre détermination à défendre nos droits et les droits de tous les propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi », a-t-il dit.

La convention de la NRA est intervenue peu après que le Congrès eût rejeté un projet de loi sur le contrôle des armes à feu, un projet enclenché suite à la fusillade dans une école de Newtown, dans le Connecticut, qui a coûté la vie à 20 enfants et six adultes en décembre dernier.

Les pressions exercées par la NRA sur les législateurs, ont joué un rôle clé dans le rejet du projet de loi. « Si vous êtes un criminel violent, nous devrions vous écraser comme une tonne de briques et, en même temps, nous devons protéger les droits constitutionnels des citoyens respectueux de la loi», a déclaré le sénateur républicain du Texas, Ted Cruz aux quelques 70.000 participants à la conférence.

La vaste majorité d’entre eux étaient d’accord. Parmi eux, un certain Steve, qui a confié que tout renforcement de la vérification des antécédents pourrait conduire éventuellement à la confiscation des armes à feu. « Ils veulent enregistrer toutes les armes à feu. Ils veulent savoir qui en possède, et dans chaque pays où cela a été fait, telle a été la conséquence naturelle » ajoute-t-il. Il s’est également déclaré contre tout projet visant à limiter les ventes d’armes d’assaut, dont les fusils semi-automatiques.

Un gouffre persiste entre les Américains qui apprennent à utiliser des armes à feu dès leur plus jeune âge pour chasser ou pratiquer le tir à cible, et ceux pour qui la prolifération de ces armes présente une menace à leur enfants, et à la société en général.
XS
SM
MD
LG