Liens d'accessibilité

Pistorius soutient que sa victime n’aurait pas souhaité le voir purger sa peine en prison


Le médaillé paraolympique Oscar Pistorius traverse la salle sans ses prothèses lors de son troisième jour d'audience, jugé pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp en 2013, à Pretoria, Afrique du Sud, le 15 juin 2016.

Le médaillé paraolympique Oscar Pistorius traverse la salle sans ses prothèses lors de son troisième jour d'audience, jugé pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp en 2013, à Pretoria, Afrique du Sud, le 15 juin 2016.

La déclaration de l'ex-athlète paralympique sud-africain sera diffusée dans une interview qu’il a accordée à la chaîne britannique ITV.

Oscar Pistorius, condamné pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, estime dans cette interview que sa victime aurait préféré le voir purger sa peine en aidant les plus démunis au lieu d'aller en prison.

"Je ne veux pas retourner en prison. Je ne veux pas gâcher ma vie là-bas", déclare Oscar Pistorius dans un entretien à la chaîne britannique ITV, sa première depuis le drame, il y a plus de trois ans.

"Si j'avais l'occasion de me racheter, j'aimerais aider les plus défavorisés. Je crois que si Reeva me regarde elle voudrait que je vive cette vie-là", ajoute-t-il.

Oscar Pistorius, condamné en appel pour le meurtre de Reeva Steenkamp, sera fixé sur sa peine de prison le 6 juillet prochain.

Condamné en première instance à cinq ans de prison pour homicide involontaire, il est sorti après un an d'incarcération et est depuis assigné à résidence. Depuis le début de l'affaire, il clame avoir tué sa petite amie par erreur, en la prenant pour un cambrioleur.

"Reeva était une personne fantastique mais si les gens pensent que je l'ai volontairement tuée, ce qui n'a jamais été établi, alors c'est très triste", affirme Pistorius dans des extraits de l'interview repris par la presse britannique.

"J'ai pris la vie de Reeva et je dois vivre avec ça. Je sens encore le sang, je sens la chaleur (du sang) sur mes mains", déclare également l'athlète.

"Je comprends la souffrance des gens qui l'ont aimée et à qui elle manque. Je ressens la même douleur, la même haine envers moi-même", poursuit-il.

Cette interview d'Oscar Pistorius a été le centre d'une polémique la semaine dernière devant le tribunal, lors de l'audience pour établir sa peine.

Selon la défense, Pistorius était dans un état psychologique trop faible pour témoigner, un argument qu'a balayé le procureur Gerrie Nel, estimant qu'il était assez fort pour donner des interviews télévisées.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG