Liens d'accessibilité

Pierre Nkurunziza entame officiellement son troisième mandat


Pierre Nkrunziza, président du Burundi (AP Photo/Berthier Mugiraneza)

Pierre Nkrunziza, président du Burundi (AP Photo/Berthier Mugiraneza)

Le président burundais a prêté serment jeudi lors d’une cérémonie annoncée au dernier moment par souci de sécurité, et boudée par la communauté internationale.

Initialement prévue pour le 26 août, la prestation a été précitpitée pour des raisons de sécurité.

Pierre Nkurunziza a juré "fidélité (...) à la Constitution" et s'est engagé "à assurer l'unité nationale et la cohésion du peuple burundais", alors que ses adversaires l'accusent d'avoir profondément divisé son pays en briguant ce troisième mandat qu'ils jugent anticonstitutionnel.

Malgré l’absence de tout autre chef d’Etat étranger, M. Nkurunziza a parlé de victoire dans son discours.

"La victoire que nous avons obtenue est une victoire de tous les Burundais, ceux qui nous ont élu ou ceux qui n'ont pas voté pour nous", a déclaré M. Nkurunziza après avoir prêté serment, promettant qu'il entamait son "dernier mandat" et allait "mettre en place très rapidement un gouvernement, ainsi que d'autres institutions, d'union nationale".

"Pour cela, nous verrons, si c'est nécessaire, comment revoir l'article 129 de la Constitution, à travers le dialogue et la concertation", a-t-il poursuivi.

Seuls les ambassadeurs de plusieurs pays africains, ainsi que celui de la Chine et de la Russie étaient présents. Les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne se sont fait représenter par des diplomates de rang inférieur.

Avec l'AFP

XS
SM
MD
LG