Liens d'accessibilité

Photos des tortures en Syrie : Paris veut saisir la Cour pénale internationale


Selon le Pr David Crane, ancien procureur en chef du tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) qui a inculpé Charles Taylor, les photos insoutenables de victimes de la guerre civile en Syrie, qui ont été présentées au Conseil de sécurité de l'ONU, sont « des preuves directes et précises de crimes contre l'humanité », ce qui est rare.

L’ambassadeur de France à l'ONU, Gérard Araud, a déclaré qu'il était important pour le Conseil de sécurité d'avoir vu ces images, et que Paris prépare une résolution pour porter l’affaire devant la Cour pénale internationale (CPI).

« Nous allons essayer d'obtenir que la CPI soit déclarée compétente […] Maintenant, nous avons ces preuves », a dit M. Araud.

Les membres du Conseil ont tenu une réunion informelle mardi pour examiner quelques-unes des 55.000 photos prises par un ancien membre de la police militaire syrienne.

Le Pr Crane, qui a participé à la rédaction d'un rapport sur la crédibilité de ces photos, a déclaré à la presse que ces images impliquent le régime de Bachar Al-Assad et pourraient être présentées à un tribunal international.

« C'est la preuve directe, démontrable, durable, au-delà d'un doute raisonnable, des crimes de guerre et crimes contre l'humanité du régime Assad », a-t-il dit. Le photographe « a fait une chose incroyable » en prenant ces clichés, dans toute leur brutalité.

« Ces personnes, on ne saurait s’y méprendre, sont mortes au bout d’une longue agonie - des mois de famine, de coups, de tortures », les exécutions sommaires étant pour eux presque une aubaine, selon l’ancien procureur.

L'ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Samantha Power, a dit que les photos témoignent de la « brutalité » du régime Assad, et que les meurtres étaient le fruit « d’ordres systématiques » venus de haut. Elle a ajouté que la Croix-Rouge doit avoir accès aux détenus, et que les responsables de ces crimes doivent être traduits en justice.
XS
SM
MD
LG