Liens d'accessibilité

Deux hommes arrêtés après la tentative d'attentat près de l'ambassade US aux Philippines


Les membres de la police nationale des Philippines ont trouvé un explosif près de l'ambassade américaine de Manille, Philippines, le 28 novembre 2016.

Les membres de la police nationale des Philippines ont trouvé un explosif près de l'ambassade américaine de Manille, Philippines, le 28 novembre 2016.

Deux hommes ont été arrêtés après l'attentat déjoué lundi près de l'ambassade américaine de Manille, a annoncé mercredi le chef de la police de la capitale philippine, qui met en cause un groupe lié à l'organisation Etat islamique (EI).

"Ils sont soupçonnés dans le cadre de l'enquête sur la bombe artisanale" trouvée dans une poubelle par un balayeur, a déclaré à l'AFP Oscar Albayalde, précisant que de "trois à cinq autres suspects" étaient toujours recherchés.

Un engin explosif composé d'un téléphone portable, d'un détonateur, d'une batterie de 9 volts et d'un obus de 81 mm ont été découverts à 200 mètres de l'ambassade.

Selon M. Albayalde, "il y a une vraie possibilité que ce soit l'oeuvre du groupe Maute", mouvement qui a prêté allégeance à l'Etat islamique.

Le premier suspect, arrêté dans la province du Bulacan (sud de Manille), est un converti à l'islam et le second, arrêté à Manille, est musulman, selon la police.

Le groupe islamiste a également été mis en cause dans l'explosion mardi d'une bombe sur l'île méridionale de Mindanao qui a fait neuf blessés, sept gardes du corps du président Rodrigo Duterte et deux soldats.

La semaine dernière, une opération militaire avait été lancée pour tenter de déloger le groupe islamiste d'une mairie abandonnée et d'autres positions à Butig, localité montagneuse reculée de Mindanao.

Selon le porte-parole de l'armée, le major Filemon Tan, le groupe Maute a été chassé de la majeure partie de Butig, après des combats qui ont fait 61 morts dans leurs rangs et 35 blessés parmi les militaires.

Trois membres présumés du groupe Maute ont également été arrêtés le mois dernier dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à la bombe qui avait tué 15 personnes en septembre à Davao, la ville natale du président Duterte.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG