Liens d'accessibilité

Pétrole : l'offre pourrait rester excédentaire en 2016


Dudley se dit déterminé à faire sceller le puits de pétrole endommagé

Dudley se dit déterminé à faire sceller le puits de pétrole endommagé

L'offre de brut pourrait rester excédentaire duu fait de la hausse de la production de l'Iran, ce qui intensifierait la pression à la baisse sur les prix face à une demande un peu moins vigoureuse qu'anticipé, a estimé l'Agence internationale de l'énergie.

"Le marché pétrolier est confronté à la perspective d'une troisième année consécutive où l'offre dépassera la demande de 1 mbj (million de barils par jour, ndlr)", a indiqué l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole publié mardi.

Avec la fin des sanctions économiques et financières qui frappaient l'Iran, à la suite de l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire, la production mondiale pourrait s'accroître d'environ 300.000 barils par jour d'ici à la fin du premier trimestre, selon l'agence énergétique basée à Paris.

Cette hausse contrebalancera largement la baisse de régime des producteurs non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), comme les Etats-Unis.

L'Iran produit actuellement 2,8 millions de barils par jour et en exporte un peu plus d'un million de barils.

"Alors que le rythme de la constitution des stocks se détendra au second semestre du fait de la baisse de production des pays non membres de l'Opep, à moins d'un changement, le marché pétrolier se noiera dans un surplus d'offre".

Dans ce contexte, marqué aussi par une croissance de la demande moins forte que prévu, "les prix pourraient encore baisser", a souligné l'AIE.

Les cours ont subi une chute vertigineuse depuis la mi-2014, qui s'est accentuée l'été dernier, et évoluent actuellement sous la barre des 30 dollars le baril, contre plus de 110 dollars il y a un an et demi.

Celle-ci a légèrement révisé à la baisse sa prévision de demande mondiale de pétrole pour cette année, à 95,7 mbj, contre 95,8 mbj précédemment.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG