Liens d'accessibilité

La Russie prévoit une réunion avec l'Opep en octobre à Vienne


Le logo de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole représenté à son siège à Vienne, en Autriche, le 30 mai 2016.

Le logo de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole représenté à son siège à Vienne, en Autriche, le 30 mai 2016.

La Russie prévoit de participer en octobre à une réunion avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, dont elle n'est pas membre, a annoncé le ministre russe de l'Energie, alors que le marché s'interroge sur de possibles mesures communes de stabilisation de l'offre.

Dans un communiqué, Alexandre Novak a indiqué qu'une délégation russe s'était rendue au siège du cartel pour évoquer la tenue d'une future réunion du Dialogue énergétique Russie-Opep, leur format régulier d'échanges.

"Une rencontre est prévue en octobre à Vienne. La date précise sera déterminée par les voies diplomatiques dans un futur proche", a-t-il déclaré.

Les prix de l'or noir ont progressé la semaine dernière car le marché s'interroge sur un possible accord entre les grands pays producteurs, membres ou non de l'Opep, pour réduire l'excès d'offre qui pèse sur le marché.

Lors de sa visite à Vienne, la délégation russe a discuté avec l'Opep de "la situation actuelle sur le marché du pétrole et (des) prévisions concernant son évolution" ainsi que des "aspects de la coopération" entre Moscou et l'organisation, a précisé le ministère russe.

M. Novak a assuré récemment au journal saoudien Asharq Al-Awsat que son pays était prêt à collaborer avec l'Arabie saoudite afin de parvenir à une stabilisation du marché.

De son côté, le président de l'Opep, le Qatari Mohammed Bin Saleh Al-Sada, avait annoncé la semaine dernière une réunion informelle de ses pays membres en marge du 15e Forum international de l'énergie organisé du 26 au 28 septembre à Alger.

Fin avril, une première réunion à Doha réunissant la Russie et les membres de l'Opep, menés par l'Arabie saoudite, s'était achevée à la surprise générale sur un échec: Ryad demandait l'accord de tous les pays du cartel alors que l'Iran refusait de participer.

Le 8 août, M. Novak s'était dit prêt à négocier de nouveau avec le cartel mais avait jugé que les conditions n'étaient pas réunies pour un éventuel gel de production car les prix se trouvent selon lui "à un niveau plus ou moins correct entre 40 et 50 dollars".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG