Liens d'accessibilité

Petits sans-papiers: un premier vol pour rapatrier des enfants et leurs mères


Des femmes et des enfants débarquant à l'aéroport international Ramon Villeda à San Pedro au Honduras après leur expulsion des Etats-Unis (Photo Reuters)

Des femmes et des enfants débarquant à l'aéroport international Ramon Villeda à San Pedro au Honduras après leur expulsion des Etats-Unis (Photo Reuters)

Les États-Unis ont expulsé 38 enfants et de leurs mères au Honduras cette semaine. Il s’agissait du premier vol d’un pont aérien visant à renvoyer dans leur pays les sans-papiers originaires d'Amérique centrale.

Les États-Unis sont confrontés depuis l’automne 2013 à l'afflux croissant de milliers d'enfants, parfois avec leurs mères et parfois non-accompagnés, qui quittent le Honduras, Guatemala et El Salvador à la recherche d'une vie meilleure. Au rythme actuel des arrivées, on calcule qu’environ 90 000 enfants non accompagnés pourraient être appréhendés à la frontière cette année, soit plus du triple que le total pour les années précédentes.

La crise de l'immigration le long de la frontière sud-ouest des États-Unis, principalement dans l'État du Texas, est un nouveau défi pour le pays, car cette fois-ci, ce sont des ressortissants d’Amérique centrale plutôt que du Mexique qui cherchent à passer la frontière illégalement.

La crise est compliquée par une loi datant de 2008, qui donne aux enfants en provenance de n’importe quel pays, à l’exception du Mexique et du Canada, le droit à une audience devant un tribunal administratif afin de déterminer s’ils sont éligibles à recevoir l'asile pour des raisons humanitaires ou doivent être renvoyés chez eux. Certains parlementaires veulent modifier cette législation pour permettre un rapatriement rapide des petits sans-papiers.

Les responsables américains, du président Barack Obama au Congrès, cherchent à gérer ce qu’ils qualifient de « crise humanitaire ». Les critiques du président au Congrès fustigent son application, selon eux laxiste, des lois sur l'immigration.

La Chambre des représentants, contrôlée par les républicains, rechigne à voter la réforme de l'immigration approuvée il y a plus d'un an par le Sénat, aux mains des démocrates, une mesure soutenue par M. Obama. Par ailleurs, le chef de l’exécutif a récemment demandé au Congrès de voter un financement de 3,7 milliards de dollars pour faire face à la crise à la frontière.

La majorité des enfants en provenance d'Amérique centrale cherchent à échapper à la pauvreté extrême, la criminalité et la violence dans leur pays d'origine. Ils sont encouragée par une rumeur – qui est fausse – selon laquelle ils seraient autorisés à rester aux Etats-Unis s’ils parviennent à franchir la frontière.

Cette rumeur a surgi après que l’administration Obama eut annoncé en 2012 que certains jeunes sans-papiers qui résidaient dans le pays depuis 2007 pourraient y rester s'ils intégraient les forces armées ou poursuivaient leurs études - dans certaines conditions.

XS
SM
MD
LG