Liens d'accessibilité

Pèlerinage: plus de 700 morts, Téhéran accuse l'Arabie saoudite


Des sécourites assistent les victimes de la bousculade lors du pèlerinage annuel du hadj, à Mina, Arabie Saoudite, 24 septembre 2015.

Des sécourites assistent les victimes de la bousculade lors du pèlerinage annuel du hadj, à Mina, Arabie Saoudite, 24 septembre 2015.

L'Iran a accusé l'Arabie saoudite de failles dans la sécurité, après la bousculade qui a fait jeudi plus de 700 morts, dont 90 citoyens iraniens, pendant le pèlerinage annuel de La Mecque.

"Pour des raisons qu'on ignore", un chemin a été fermé près de l'endroit où les pèlerins effectuent le rituel de la lapidation symbolique de Satan, a affirmé le chef de l'organisation iranienne du hajj (pèlerinage). "C'est cela qui a causé ce tragique incident", a ajouté Saïd Ohadi sur la télévision d'Etat iranienne.

Cette bousculade est le deuxième drame à frapper les pèlerins cette année en Arabie saoudite après la chute d'une grue sur la Grande mosquée de La Mecque, et le premier mouvement de foule meurtrier dans le cadre du hajj depuis 2006.

M. Ohadi a indiqué qu'avec la fermeture du chemin, il ne restait plus que trois autres voies à emprunter pour rejoindre le lieu où les pèlerins accomplissaient le rite de la lapidation.

"L"incident d'aujourd'hui est le résultat d'une mauvaise gestion et d'un manque de sérieux concernant la sécurité des pèlerins. Il n'y a pas d'autre explication. Les responsables saoudiens doivent être tenus responsables".

Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Amir Abdollahian a indiqué que le représentant de l'Arabie saoudite en Iran allait être convoqué au ministère des Affaires étrangères à Téhéran pour s'expliquer sur l'accident qui a causé selon un bilan encore provisoire saoudien, 717 morts et 863 blessés.

"Nous ne pouvons en aucun cas rester indifférents face à l'irresponsabilité dont a fait preuve l'Arabie saoudite et cela doit être réglé par les canaux diplomatiques", a-t-il déclaré à la télévision d'Etat.

M. Abdollahian a également accusé les responsables saoudiens d'avoir "grossièrement" géré les mesures de sécurité durant le hajj et a annoncé que l'Iran avait installé une cellule d'accueil spéciale sur le lieu de l'accident pour venir en aide aux pèlerins iraniens.

"Les responsables saoudiens sont responsables de cet accident et doivent immédiatement prendre des mesures concrètes pour gérer la crise et assurer la plus haute sécurité des pèlerins", a-t-il dit à l'agence de presse officielle Irna.

Le ministre saoudien de la Santé, Khaled al-Faleh a attribué ce drame à un manque de discipline des pèlerins.

Plus prudent, le porte-parole du ministère saoudien de l'Intérieur, le général Mansour Turki, a recommandé de "ne pas devancer les conclusions de l'enquête", ordonnée plus tôt par le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Nayef.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG