Liens d'accessibilité

Accusations d'abus sexuels dans une église érythréenne située aux Pays-Bas


Des réfugiés érythréens arrivant en Italie.

Des réfugiés érythréens arrivant en Italie.

La police néerlandaise a indiqué mercredi avoir ouvert une enquête sur une église de Rotterdam où, selon les médias locaux, des abus sexuels auraient été commis sur de jeunes réfugiées érythréennes dont au moins 20 sont tombées enceintes.

"Nous avons vu les articles et nous enquêtons afin de déterminer si les faits sont bien corrects", a déclaré à l'AFP Roland Ekkers, un porte-parole de la police de Rotterdam, où est située l'église orthodoxe érythréenne Tewahdo, lieu de rassemblement pour cette communauté dans la ville.

Entre 200 et 300 personnes, surtout des jeunes réfugiés, visitent le lieu de culte chaque semaine, selon le quotidien De Volkstrant.

Dans un communiqué, l'organisation gouvernementale chargée de l'accueil des réfugiés (COA) a affirmé avoir alerté la police après avoir reçu des indications "qui laissent penser que des abus sexuels ont été commis".

"S'il s'avère que 20 jeunes filles célibataires de l'église sont effectivement enceintes, nous enquêterons alors pour savoir si un crime a été commis", a déclaré M. Ekkers, soulignant qu'aucune plainte n'avait encore été déposée.

Selon les derniers chiffres disponibles, 7.256 Érythréens ont déposé entre janvier et novembre 2015 une première demande pour obtenir le statut de réfugiés aux Pays-Bas. Après les Syriens, ils sont le deuxième groupe de réfugiés dans ce pays de près de 17 millions d'habitants.

"Nous sommes choqués et bien sûr, si les accusations se confirment, un crime grave a été perpétré", a déclaré à l'AFP Bart-Jan Walraven, un avocat local nommé porte-parole de l'église.

Le directeur du conseil de gestion de l'église, Teklit Girmazion, a lui assuré à De Volkskrant qu'il était "impossible que cela se soit passé ici". "Les femmes et les hommes prient de manière séparée", a-t-il expliqué.

(Avec AFP)

XS
SM
MD
LG