Liens d'accessibilité

Etats-Unis : la loi protège le projet du pasteur Jones de brûler le Coran


Tout au long de leur histoire, des citoyens américains ont poussé les limites de la liberté d’expression. Ils ont brulé le drapeau américain, exprimé ouvertement leur racisme, mis de l’huile sur le feu publiquement pour attiser l’animosité religieuse.

Le président Barack Obama n'a cessé de condamner le projet du pasteur Terry Jones de Floride de brûler quelques 200 exemplaires du Coran, rojet qui, mis à exécution, constituerait, dit-il, « un acte destructeur. » Le chef de l’exécutif a aussi rappelé que les lois américaines protègent la liberté d’expression, et donc l’éventuel acte du pasteur Jones.

Tout au long de leur histoire, des citoyens américains ont poussé les limites de la liberté d’expression. Ils ont brulé le drapeau américain, exprimé ouvertement leur racisme, mis de l’huile sur le feu publiquement pour attiser l’animosité religieuse. Tous sont protégés par le Premier Amendement de la Constitution qui garantit la liberté d’expression aux Etats-Unis, sauf si l'acte posé incite les gens à violer la loi.

« En fait si le révérend Jones brule le Coran et se met a dire 'ok. les gars, allons à présent jeter des briques contre la mosquée' …Ça, c’est de l’incitation à violer la loi, donc c’est illégal », explique Ira Lupu, professeur de droit à l’Université George Washington a Washington. « Mais s’il se contente de bruler un exemplaire pour exprimer son rejet de l’Islam ce n’est pas une incitation…Il incite les gens a la haine mais la haine n’est pas un crime…C’est une attitude », a expliqué le professeur Lupu.

Lupu explique qu’il y a de nombreux arguments pour expliquer que des actes haineux soient tolérés et considérés comme légal. S’ils étaient réprimés, cela pourrait produire l’effet inverse et les renforcer, dit-il. Autre argument : mettre la lumière sur ces idées permet en fait de les affaiblir par le débat public, estime Ira Lupu, ajoutant que « le positif dans cette affaire de Gainesville, c’est que beaucoup de gens ont pris position pour condamner cette provocation. »

« C’est vrai que la liberté aux Etats-Unis, en particulier la liberté religieuse, peut amener le désordre. Mais dans c’est ce désordre que réside le génie de notre organisation », souligne, de son côté, Charles Haynes du Centre pour le premier amendement

Selon Haynes, l’Amérique est peut être le pays le plus tolérant au monde en matière religieuse. « Je pense que beaucoup de Musulmans américains vous diraient, comme ils me l’ont dit, que cette grande liberté leur permet de pratiquer leur religion d’une façon où ils ne le pourraient pas dans d’autres pays musulmans », a-t-il expliqué.

Selon les experts, la liberté de religion et d’expression signifie que les idées que nous défendons peuvent contrecarrer les idées que nous rejetons. C’est ce que font la plupart des Américains à travers le pays lors de manifestations publiques.

XS
SM
MD
LG