Liens d'accessibilité

Pas d'issue en vue, deux ans après le lancement de la campagne contre l'EI


Des soldats américains en tournée au Monastère Saint-Élie sur la base d'opérations Marez à Mossoul, en Irak, environ 360 kilomètres (225 miles) au nord-ouest de Bagdad, le 7 novembre 2008. (AP Photo / Maya Alleruzzo, File)

Des soldats américains en tournée au Monastère Saint-Élie sur la base d'opérations Marez à Mossoul, en Irak, environ 360 kilomètres (225 miles) au nord-ouest de Bagdad, le 7 novembre 2008. (AP Photo / Maya Alleruzzo, File)

Le combat devait être rapide et défaire le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. Mais deux ans et 14.000 bombardements plus tard, les jihadistes n'ont pas été vaincus et la lutte engagée par Washington illustre les limites des campagnes militaires aériennes.

Durant l'été 2014, les Etats-Unis ont mis sur pied une coalition rassemblant une soixantaine de pays contre le groupe, auteur d'atrocités, qui s'était emparé en quelques semaines de pans entiers de territoires à travers les deux pays limitrophes.

Depuis, l'EI a perdu près de la moitié du terrain conquis en Irak et environ 20% en Syrie. Les experts prévoient bien une chute du "califat" autoproclamé par les jihadistes en Syrie et en Irak mais le groupe s'est renforcé par ailleurs en incitant ses partisans à commettre des attaques isolées à travers le monde.

"Il s'agit d'une organisation qui a réalisé une transformation très réussie vers une organisation terroriste traditionnelle qui n'a alors de cesse de reconstruire ses capacités", a expliqué à l'AFP Charles Lister, analyste au Middle East Institute.

L'EI a revendiqué cette année des attentats en France, en Belgique, ou encore aux Etats-Unis.

"On mène un combat perdu d'avance si on s'attend à détruire (l'EI) entièrement", a-t-il assuré. "Je pense que des décennies d'efforts nous attendent."

- 6.500 militaires déployés –

Pourtant, lorsque Washington s'était lancé dans la bataille, les responsables assuraient que l'engagement américain serait de courte durée. Et Barack Obama élu sur la promesse de mettre fin aux guerres en Irak et en Afghanistan, avait insisté sur le fait que son pays pouvait apporter un soutien aérien et des conseils militaires, mais que la guerre devait être remportée par les forces locales.

Quelque 6.500 militaires de la coalition, principalement des Américains, sont déployés. La plupart se trouvent en Irak, même si des forces spéciales ont été déployées aux côtés des combattants kurdes et arabes en Syrie, où les frappes russes en appui au régime de Bachar al-Assad ont complexifié un peu plus la guerre qui dure depuis plus de cinq ans.

"Les quelques-uns d'entre nous qui ont observé le développement de ce groupe entre 2010 et 2014 savaient pertinemment que ça allait être une bataille sur le très long terme, et l'idée qu'aucun soldat américain ne soit impliqué était de l'ordre du fantasme", estime Charles Lister.

En dépit du grand nombre de pays impliqués dans la coalition, les Américains et quelques Etats piliers réalisent l'essentiel du combat. Les bombardements ont aussi concerné l'Afghanistan ou plus récemment la Libye, où le Pentagone a laissé entendre la semaine dernière que les raids se poursuivraient "pendant des semaines, pas des mois".

- Milliards de dollars -

La coalition avait conduit au 6 août un total de 14.301 frappes aériennes, dont 9.514 en Irak et 4.787 en Syrie. Le coût de ses opérations représente environ 11,9 millions de dollars par jour, soit quelque 8 milliards de dollars jusqu'à présent.

Ces bombardements ont visé des chefs jihadistes, des combattants, des véhicules ou encore des installations pétrolières et d'énormes sommes d'argent liquide.

La campagne aérienne a aussi fait de nombreuses victimes civiles en Syrie et en Irak, 55 selon le Pentagone. Mais de nombreuses voix dénoncent ce bilan donné au 28 juillet, le jugeant largement sous-estimé.

Des incidents font encore l'objet d'enquêtes par le Pentagone, comme les frappes en juillet près de Minbej, dans le nord de la Syrie, qui auraient fait des dizaines de victimes civiles.

Bien que les Américains assurent faire au mieux pour éviter de toucher des civils, leur mort a des répercussions désastreuses sur la lutte antijihadiste dans son ensemble, estiment des observateurs.

"Avec les campagnes de bombardements, vous tuez plus d'innocents, ce qui attire plus de nouvelles recrues et de sympathie" à l'égard du groupe ciblé, relève Howard Gambrill Clark, ancien Marine et analyste du renseignement qui dirige le Stability Institute à Washington.

"Je ne connais pas un seul analyste sérieux" en matière de contreterrorisme, confie-t-il, "qui pense que les Etats-Unis font quoi que ce soit d'autre que de créer plus d'extrémistes violents".

Avec AFP.

XS
SM
MD
LG