Liens d'accessibilité

Paris ne participera pas aux commémorations du génocide rwandais à Kigali


Mémorial de Gisozi, Kigali

Mémorial de Gisozi, Kigali

Dans une interview, Paul Kagame accuse la France d'avoir participé au génocide de 1994.

La décision est tombée samedi soir par la voix ministère français des Affaires

Paris se déclare surpris après les récentes déclarations du président Paul Kagame. Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, le président rwandais accuse une nouvelle fois la France d’avoir participé aux massacres de 1994.
Mur des victimes de Gisozi

Mur des victimes de Gisozi

Il evoque le "rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même."

Et de poursuivre : "Interrogez les rescapés du massacre de Bisesero en juin 1994 et ils vous diront ce que les soldats français de l'opération Turquoise y ont fait. Complices certes, à Bisesero comme dans toute la zone dite humanitaire sûre, mais aussi acteurs", accuse Paul Kagame.

Le Quai d'Orsay n'a pas tardé à reagir "Nous sommes surpris par ces accusations qui vont à l'encontre de processus de dialogue et de réconciliation qui est engagé entre nos deux pays depuis plusieurs années. Elles sont en contradiction avec le travail fait par la France en matière de justice, pour que les auteurs de ce génocide soient poursuivis. Ces déclarations ne sont pas acceptables", précise Romain Nadal, le porte-parole joint par la Voix de l'Amérique.

Par conséquent, le voyage de Christiane Taubira, ministre française de la Justice, a été annulé en vue des commémorations du lundi 7 avril à Kigali.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG