Liens d'accessibilité

La France condamne l'attaque contre son ambassade en Libye


Un véhicule piégé a explosé, mardi matin, devant l’entrée de la mission diplomatique, faisant des blessés et de sérieux dégâts matériels.

Le gouvernement français a condamné comme un « acte odieux » l’attentat perpétré le mardi 24 avril contre son ambassade à Tripoli.

Un véhicule piégé a explosé, tôt dans la matinée, devant l’entrée de la mission diplomatique. La déflagration a blessé deux gendarmes français gardant l’ambassade. Elle a aussi causé de sérieux dégâts au complexe et à quelques maisons voisines. Une adolescente libyenne a été blessée dans l’une des maisons.

Le ministère libyen des Affaires étrangères parle « d’incident terroriste». Tripoli dit «rejeter de telles actions qui visent directement la sécurité et la stabilité de la Libye.»

Des agents de sécurité inspectent le site de l'attentat contre l'ambassade de France à Tripoli (23 avril 2013)

Des agents de sécurité inspectent le site de l'attentat contre l'ambassade de France à Tripoli (23 avril 2013)



De son côté, le président français François Hollande a fait savoir que son gouvernement s’attend à ce que les autorités libyennes aident à faire la lumière sur les circonstances de l’attaque en vue d’en traduire les responsables devant la justice.

Selon le président Hollande, il s’agit d’une attaque visant non seulement la France, mais tous les pays impliqués dans la lutte contre le terrorisme.

Les motifs de l’attaque ne sont pas clairs, ont indiqué les autorités libyennes, mais on se rappelle que, la semaine dernière, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) s’était juré de se venger de tous les pays prenant part à l’opération militaire dirigée par la France au Mali. Quiconque est impliqué dans ces opérations ne se sera jamais en sécurité, avait averti le groupe.

XS
SM
MD
LG