Liens d'accessibilité

Le commerce international du pangolin est désormais interdit


Le commerce international de toutes les espèces de pangolin, un mammifère menacé d'extinction, a été interdit par un vote de la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction (Cites) à Johannesburg.

"Le comité accepte que tous les pangolins - africains et asiatiques - soient inscrits à l'annexe I" qui interdit le commerce des espèces menacées, indique mercredi le compte twitter officiel de la Cites.

Jusqu'à présent, le commerce des huit espèces connues de ce mammifère insectivore à écailles qui vit en Afrique et en Asie du sud-est était légal mais règlementé.

"C'est une immense victoire et une rare bonne nouvelle pour l'une des espèces les plus menacées au monde", s'est réjouie Ginette Hemley, la chef de la délégation de l'organisation mondiale de protection de la nature WWF.

"Cela met fin aux questions autour de la légalité du commerce, cela va rendre le trafic des criminels plus difficile", a-t-elle poursuivi en appelant les 182 Etats membres de la convention à "faire appliquer rapidement la décision".

La chair délicate, mais aussi les os et les organes du pangolin sont très prisés des gourmets chinois et vietnamiens notamment. Des guérisseurs prêtent aussi à ses écailles en kératine - la même matière que la corne de rhinocéros - des vertus thérapeutiques.

Dans la culture traditionnelle africaine, il est également connu pour éloigner le mauvais oeil.

Pesant moins de 20 kilos, le pangolin qui se roule en boule quand il est menacé est une proie facile pour les braconniers.

L'élevage de ces mammifères est en outre très difficile, ce qui renforce le braconnage.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG