Liens d'accessibilité

Pakistan: un père a tué sa fille par balles à Lahore


Manifestation de Pakistanaises à Lahore lors de la Journée internationale pour l'élimination de la violence faite aux femmes, 25 novembre 2015. (AP Photo/K.M. Chaudary)

Manifestation de Pakistanaises à Lahore lors de la Journée internationale pour l'élimination de la violence faite aux femmes, 25 novembre 2015. (AP Photo/K.M. Chaudary)

Des centaines de femmes sont tuées par leurs proches chaque année au Pakistan, sous le prétexte de défendre "l'honneur familial".

Un meurtre perpétré au lendemain de la victoire aux Oscars d'un documentaire pakistanais dénonçant ce type de crime.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Mohammad Rehmat, qui a pris la fuite, est soupçonné d'avoir tué lundi sa fille de 18 ans, Komal Bibi, car cette dernière avait refusé de lui dire où elle se trouvait pendant les cinq heures précédentes.

"Le père s'est enfui après avoir tué sa fille, et la police le recherche", a indiqué à l'AFP un responsable de la police locale, Mohammad Yaqoob. "Il semble qu'il s'agisse d'un meurtre d'honneur", a-t-il ajouté.

"A Girl in the River: The Price of Forgiveness" (Une fille dans la rivière : le prix du pardon), un documentaire retraçant l'histoire d'une jeune fille ayant survécu à un crime de ce type, a reçu l'Oscar du meilleur documentaire court lors de la cérémonie à Hollywood dimanche.

Sa réalisatrice Sharmeen Obaid-Chinoy avait rencontré récemment le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, qui s'était alors engagé à mettre un terme à cette pratique criminelle "dégradante" et "méprisable".

Des centaines de femmes sont tuées par leurs proches chaque année au Pakistan, sous le prétexte de défendre "l'honneur familial".

Une disposition controversée du droit islamique en vigueur dans ce pays prévoit que les hommes tuant des femmes de leur famille peuvent échapper à toute condamnation si les proches leur "pardonnent" en échange du versement d'une "somme compensatoire".

Par ailleurs, un tribunal de Lahore, la capitale du Pendjab, a condamné mardi à la peine de mort deux frères qui avaient tué en 2009 leur sœur et son mari parce qu'ils s'étaient mariés sans l'accord de la famille, a indiqué à l'AFP l'avocat de la défense, Chaudhry Mohammad Imran.

Les condamnés ont aussi écopé d'une amende d'un million de roupies chacun, a-t-il ajouté.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG