Liens d'accessibilité

300.000 bénéficiaires de l’assurance-maladie obligatoire au Togo


Des patients à la caisse du centre hospitalier régional (CHR), à Lomé, Togo, le 21 mars 2017. (VOA/Kayi Lawson)

A peine 5% de la population togolaise bénéficient de l’assurance-maladie obligatoire, instituée par l’État il y a 5 ans. Supervisée par l’Institut national d’assurance maladie (INAM), cette forme de protection sociale pourrait aider à lutter contre la pauvreté si elle est généralisée à l’ensemble de la population.

Depuis mars 2012, les fonctionnaires et agents publics de l’État togolais bénéficient d’une assurance maladie obligatoire. En 5 ans d'existence, l’Institut national d’assurance maladie (INAM), revendique plus de 300.000 bénéficiaires.

Sur la question des produits pharmaceutiques génériques, la directrice de l’Inam, Myriam Dossou, explique que "la politique de génériques est en place pour tous les programmes sociaux car ils coûtent moins chers".

La directrice de l’Inam, Myriam Dossou, à Lomé, le 17 mars 2017. (VOA/Kayi Lawson)
La directrice de l’Inam, Myriam Dossou, à Lomé, le 17 mars 2017. (VOA/Kayi Lawson)

Un pays comme le Togo gagnerait également en optant pour l’assurance-maladie universelle estime, Hugues Tchibozo, directeur général adjoint de l’agence nationale de l’assurance-maladie du Bénin.

"Quelqu'un qui n'a pas de couverture, quand il tombe malade, il peut tomber dans la précarité. S'il est couvert, il peut aller au médecin avant que son état s'aggrave", rappelle-t-il.

Quelqu'un qui n'a pas de couverture, quand il tombe malade, il peut tomber dans la précarité".

Pour aller vers l’assurance-maladie universelle, les mutuelles de santé ont aussi un rôle à jouer selon Gislaine Saïzonou Broohm, présidente du cadre de concertation de la mutualité au Togo.

"Ils sont les intermédiaires entre les bénéficiaires et les structures de soins", explique-t-elle.

Gislaine Saïzonou Broohm, présidente du cadre de concertation de la mutualité au Togo, à Lomé, le 17 mars 2017. (VOA/Kayi Lawson)
Gislaine Saïzonou Broohm, présidente du cadre de concertation de la mutualité au Togo, à Lomé, le 17 mars 2017. (VOA/Kayi Lawson)

L’assurance-maladie obligatoire pour les agents publics est une phase pilote du projet d’assurance maladie universelle au Togo, indique-t-on. La prochaine étape sera le secteur privé formel, avant de s’attaquer à la grande masse de l’informel.

Kayi Lawson, correspondante à Lomé

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG