Liens d'accessibilité

Ouverture d’une deuxième enquête de la CPI sur les crimes en CAR


« La liste des atrocités commises est interminable. Je ne peux pas ignorer ces crimes présumés », a souligné Mme Fatou Bensouda.

« La liste des atrocités commises est interminable. Je ne peux pas ignorer ces crimes présumés », a souligné Mme Fatou Bensouda.

La Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé mercredi avoir décidé d'ouvrir une deuxième enquête en République centrafricaine (RCA) concernant des crimes présumés commis depuis 2012.

« J'ai indiqué très clairement dès le départ et avec la plus grande fermeté ... que les attaques visant la population civile ne seraient pas tolérées et que les auteurs de tels crimes pourraient être amenés à rendre des comptes devant la Cour pénale internationale », a déclaré Mme Bensouda dans un communiqué.

« Le droit est clair à cet égard et la décision de passer à ce jour au stade de l'enquête découle de mes obligations juridiques au regard du traité fondateur de la Cour, le Statut de Rome », a-t-elle poursuivi.

Le gouvernement centrafricain de transition a demandé à la CPI d'enquêter sur les crimes relevant de la compétence de la Cour, présumés commis sur son territoire à compter du 1er août 2012.

« Les informations en ma possession fournissent une base raisonnable permettant de croire que la Séléka et les groupes anti-balaka ont commis des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre, notamment le meurtre, le viol, le déplacement forcé, la persécution, le pillage, les attaques contre des missions d'aide humanitaire et le fait de faire participer des enfants âgés de moins de quinze ans à des hostilités. La liste des atrocités commises est interminable. Je ne peux pas ignorer ces crimes présumés », a souligné Mme Bensouda.

Prochaine étape pour la CPI : elle doit recueillir directement des éléments de preuve afin d'identifier les auteurs des crimes les plus graves et d'engager des poursuites à leur encontre.

XS
SM
MD
LG