Liens d'accessibilité

Ouverture à Libreville du Forum de l'AGOA


Des travailleurs du textile au Kenya, produit exportable aux Etats-Unis dans le cadre de l'AGOA (Reuters)

Des travailleurs du textile au Kenya, produit exportable aux Etats-Unis dans le cadre de l'AGOA (Reuters)

En 2011, les exportations africaines vers les Etats-Unis ont atteint 79 milliards de dollars, mais de près de 80% de celles-ci proviennent de 3 pays: Nigeria, Angola et l'Afrique du sud.

Adoptée en 2000, l’AGOA, la loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique, autorise les pays d'Afrique subsaharienne à exporter plusieurs milliers de produits aux Etats-Unis sans frais de douane. But de l’opération: encourager le développement économique en Afrique et dynamiser le commerce entre le continent africain et les Etats-Unis.

Quinze ans après son instauration, le bilan de ce programme est mitigé. Même si une quarantaine de pays d’Afrique subsaharienne bénéficient des préférences commerciales accordées dans le cadre de la loi AGOA, trois pays - le Nigeria, l’Angola et l’Afrique du Sud - dominent les échanges. Certains critiques font valoir que l’AGOA a surtout favorisé l'exportation de certaines marchandises comme le pétrole ou les textiles.

Par contre, les subventions accordées par le gouvernement américain au secteur de l’agriculture entraveraient toujours les échanges.

Néanmoins, le président Barack Obama a signé le 29 juin le renouvellement jusqu’en 2025 de l’AGOA, qui arrivait à expiration en septembre 2015. Sa prorogation a été finalement autorisée par le Sénat et la Chambre des représentants américains.

A noter que plusieurs pays ont été suspendus du pacte pour non-respect des droits sociaux ou politiques.

XS
SM
MD
LG