Liens d'accessibilité

Un ministre accusé de corruption dans une affaire de harcèlement sexuel en Ouganda


Un officier de la police ougandaise monte la garde sur une rue au centre-ville de Kampala, en Ouganda, 20 février 2011.

Herbert Kabafunzaki, vice-ministre du Travail mis en accusation par le procureur Mike Chibita du tribunal anti-corruption de Kampala, a été arrêté sur ordre du président Yoweri Museveni, selon le chargé de presse de la présidence, Don Wanyama.

Le ministre ougandais a été accusé mardi de corruption pour avoir accepté 1.300 euros d'un homme d'affaires soudanais en échange de la levée d'une plainte pour harcèlement sexuel de la part d'une ancienne employée.

"Le président a été informé et il a saisi la police qui a tendu un piège au ministre au moment où il recevait l'argent" de l'homme d'affaires, a précisé Don Wanyama.

Les cas de corruption sont fréquents en Ouganda, pays classé au 151e rang des nations les plus corrompues sur 175 par l'ONG Transparency International.

La semaine dernière, le président Museveni avait déclaré que le ministère des Finances était rempli de "voleurs", après l'arrestation de deux hauts fonctionnaires, accusés d'avoir demandé 300.000 euros à un investisseur chinois.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG