Liens d'accessibilité

Ouganda : un ex-Premier ministre veut affronter Museveni à la présidentielle de 2016


Yoweri Museveni, président de l'Ouganda

Yoweri Museveni, président de l'Ouganda

Amama Mbabazi, limogé en septembre, a annoncé sa candidature lundi pour la prochaine présidentielle.

M. Mbabazi, 66 ans, a annoncé vouloir affronter le chef de l'Etat sortant Yoweri Museveni, son compagnon d'armes dont il fut longtemps un fidèle.

M. Museveni, 70 ans, au pouvoir depuis 1986, a déjà été désigné par les dirigeants de son parti, le Mouvement national de résistance (NRM), comme le candidat de la formation au scrutin de l'an prochain. Cette candidature doit encore être confirmée par un congrès du parti, qui devrait être une pure formalité.

M. Mbabazi a été limogé en mars 2014 par M. Museveni du poste de secrétaire général du parti présidentiel. En septembre, M. Musevi l’a aussi démis de ses fonctions de Premier ministre qu'il occupait depuis 2011.

Aucune raison officielle n'avait été avancée, mais M. Mbabazi était perçu comme un rival potentiel de M. Museveni à la présidentielle, après avoir fait campagne au sein du parti contre l'investiture du chef de l'Etat au prochain scrutin présidentiel.

Les candidatures officielles pour la présidentielle sont attendues en octobre.

"C'est l'élection la plus importante en une génération", a déclaré lundi l'ex-Premier ministre, promettant des meilleurs services publics et de réduire le chômage s'il était élu.

Immédiatement cette annonce, le domicile de M. Mbabazi a été encerclé par des forces de sécurité, a affirmé sa femme, Jacqueline Mbabazi, à l'AFP.

"Des membres armés des forces de la sécurité ont encerclé notre résidence, mais nous les avons maintenus à distance grâce à nos propres gardes. La situation est tendue", a-t-elle expliqué.

Frank Tumwebaze, ministre attaché à la présidence ougandaise, a reconnu le droit "constitutionnel" de l'ex-Premier ministre à briguer la présidence. Mais il s'est montré sceptique sur ses chances de succès.

"Il a été en poste toutes ces années, partie intégrante de l'architecture du gouvernement jusqu'à être limogé", a-t-il déclaré. "On attend encore de voir les miracles et nouvelles idées qu'il aura dans sa sacoche et qu'il n'a jamais mises en oeuvre au sein du gouvernement".

La semaine dernière, des partis d'opposition ont formé une coalition pour regrouper leurs forces face au vétéran Museveni. L'Alliance démocratique (TDA) a prévu de présenter un candidat unique, qui, a-t-elle promis, s'en tiendra à un seul mandat s'il est élu.

M. Mbabazi avait ces derniers temps laissé entendre qu'il pourrait participer à cette alliance, que le gouvernement tente d'ores et déjà de faire passer pour un projet "sponsorisé par les donateurs occidentaux et la société civile".

XS
SM
MD
LG