Liens d'accessibilité

Ouganda : le président Yoweri Museveni demande au peuple de le réélire


Yoweri Kaguta Museveni lors de la 70e Assemblée générale des Nations unies, le 28 septembre 2015. (AP Photo/Frank Franklin II)

Yoweri Kaguta Museveni lors de la 70e Assemblée générale des Nations unies, le 28 septembre 2015. (AP Photo/Frank Franklin II)

"Ce vieux qui a sauvé le pays, comment voulez-vous le voir partir ? Comment pourrais-je quitter une bananeraie que j'ai plantée et qui commence à donner des fruits ?", a lancé le président ougandais samedi.

Le président ougandais est au pouvoir depuis 30 ans, mais il estime que sa tâche à la tête du pays n'est pas terminée. Selon des informations parues dans la presse dimanche 10 janvier, Yoweri Museveni a demandé aux électeurs de réélire le "Vieux" pour un 5e mandat lors du scrutin présidentiel du 18 février.

Plus jeune, Yoweri Museveni estimait pourtant que les dirigeants qui "s'accrochaient" au pouvoir étaient l'une des racines des problèmes de l'Afrique. Désormais, il dit avoir encore besoin de temps pour poursuivre le développement du pays.

"Ceux qui disent 'laissez-le partir' doivent savoir que ce n'est pas le bon moment", a déclaré le président lors d'un rassemblement samedi 9 janvier dans le district de Ntungamo (ouest), selon le quotidien Daily Monitor.

"Ce vieux qui a sauvé le pays, comment voulez-vous le voir partir ? Comment pourrais-je quitter une bananeraie que j'ai plantée et qui commence à donner des fruits ?", a-t-il lancé.

"Nous devons nous concentrer sur le développement", a-t-il expliqué, assurant toutefois que "mon heure viendra et je partirai".

Huit candidats au total

Yoweri Museveni, dont l'âge exact n'est pas connu mais qui aurait au moins 71 ans, a fait modifier la constitution en 2005 pour abolir la limitation à deux mandats présidentiels.

Au pouvoir depuis 1986, il affronte sept candidats, dont l'opposant historique Kizza Besigye, dirigeant du Forum pour un changement démocratique (FDC) et l'ex-Premier ministre Amama Mbabazi, ancien cacique du parti au pouvoir, le Mouvement de résistance nationale (NRM) qui a créé le Parti En Avant.

Amama Mbabazi a assuré qu'il restaurerait la limite des mandats s'il remportait l'élection.

"Dans les 100 premiers jours de ma présidence, nous restaurerons les limitations de mandat, et dans les cinq premières années, nous ferons tout notre possible pour préparer la jeune génération à prendre le pouvoir en Ouganda", a-t-il affirmé, cité par le quotidien gouvernemental New Vision.

Plusieurs candidats d'opposition ont exprimé samedi leurs craintes de violences avant le scrutin, fomentées par des brutalités policières selon l'opposition elle-même accusée par le pouvoir de créer des milices.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG