Liens d'accessibilité

En Ouganda, l’élection présidentielle aura lieu le 18 février


Le président Ougandais Yoweri Museveni, le 6 février 2011.

Le président Ougandais Yoweri Museveni, le 6 février 2011.

La date du 18 février 2016 a été fixée par la Commission électorale nationale, a-t-on appris jeudi. Cette élection opposera huit candidats, dont l'actuel président Museveni et deux figures de l'opposition.

La Comission électorale nationale ougandaise a annoncé, jeudi 5 novembre, avoir fixé l’élection présidentielle au 18 février 2016. Au total, huit candidatures ont été enregistrées pour ce scrutin.

Parmi celles-ci, on trouve l’actuel président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis près de trente ans. Il est le grand favori de cette élection. Il aura pour principaux rivaux Amama Mbabazi et Kizza Besigye.

Les principaux partis d'opposition ont assuré s'être mis d'accord pour désigner, le moment venu, un candidat unique à la présidentielle, à choisir entre ces deux hommes.

M. Mbabazi a été Premier ministre de M. Museveni jusqu'en 2014, avant de tomber en disgrâce et de rejoindre l'opposition.

Opposant historique et chef du Forum pour le changement démocratique (FDC), M. Besigye a de son côté déjà été battu aux élections présidentielles de 2001, 2006 et 2011.

Des législatives en février également

Fin septembre, des discussions entre les huit formations de l'Alliance démocratique (TDA) - la coalition des principaux partis d'opposition - avaient échoué, ne permettant pas de départager les deux principaux aspirants.

Mais MM. Besigye et Mbabazi ont réaffirmé la semaine dernière dans un communiqué commun s'être entendus sur le principe d'une candidature unique.

M. Mbabazi s'est dit persuadé que l'opposition pouvait l'emporter. Mais, ayant longtemps été des figures du parti au pouvoir, les chefs de l'opposition peinent à offrir une alternative convaincante, ainsi qu'à critiquer un système dont ils ont un temps bénéficié, voire qu'ils ont aidé à mettre en place.

Le parti de M. Museveni, le Mouvement national de Résistance (NRM), est aussi le favori des élections législatives, qui auront également lieu en février, en même temps que des scrutins locaux.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG